Paris: « Les pissotières étaient le Grindr de l’époque », une expo rend hommage aux anciennes « tasses » de Paname

SOCIETE « Les tasses, toilettes publiques - affaires privées », l'exposition de l'artiste Marc Martin qui s'est déroulée en 2017 au Schwules Museum à Berlin, s'ouvre ce mardi à Paris au Point Ephémère (10e)

Propos recueillis par Romain Lescurieux

— 

Une exposition rend hommage aux tasses
Une exposition rend hommage aux tasses — Marc Martin, les tasses, 2019

C’est la petite histoire souterraine sous la grande. Celle des « fantômes et fantasmes urbains », de ces « rencontres à l’encontre de la norme », qui se font et se défont sous une lumière glauque et sur un carrelage souillé par une odeur de pisse, propre aux bas-fonds parisiens du siècle dernier. « Les imaginaires en marge, les interstices m’ont toujours attiré », introduit Marc Martin, photographe et vidéaste de 48 ans. Son exposition Les tasses, toilettes publiques – affaires privées qui s’est déroulée en 2017 au Schwules Museum à Berlin, s'ouvre ce mardi à Paris au Point Ephémère (10e arrondissement) jusqu’au 1er décembre.

Drague, plan cul, coup de foudre ou coup d’un soir, amour ou encore liberté… Marc Martin revient pour 20 Minutes sur son travail de recherches historiques, de recueil de témoignages, pour montrer l’importance sociale de ces pissotières installées en 1834 à Paris et détournées jusqu’à leur mort en 1960. Entre poésie et subversion.

Après les vestiaires collectifs, pourquoi avez-vous décidé d’inscrire votre démarche artistique à travers les toilettes publiques ?

Il y a une passerelle, un lien, entre les deux. Ce sont des endroits publics où on a une intimité. A la différence qu’aux toilettes, il y a une notion de besoin. Et en tant que photographe, ces endroits collectifs clos qui abritent une part de mystère, de clandestinité, m’intéressent. Ce sont des endroits qui ont aussi une sale image, une puanteur. Je voulais remettre l’histoire pas convenable dans l’histoire convenue de Paris. Les choses de l’ombre ont aussi une valeur ajoutée.

Que représentait la vespasienne, cet « espace privé dans l’espace public » pour la population masculine parisienne ?

Les vespasiennes ont été construites en 1834 pour un besoin hygiéniste car les hommes urinaient n’importe où. Initialement, c’était des endroits pour faire pisser les mecs. Il y en avait 4.000 à Paris. Tous les 100 mètres sur les Grands Boulevards. Et très vite, elles ont répondu à un besoin social en servant de phare à toute une population homosexuelle à un moment où on n’avait pas le droit de l’être et où il était possible d’être condamné pour outrage public à la pudeur. Elles ont permis d’abriter ceux qui avaient à craindre l’autorité. On appelait ces pissotières les tasses. C’est un mot d’argot utilisé par les homosexuels. « Faire les tasses », ça voulait dire aller à la recherche de rencontres sexuelles, draguer. En fait, les pissotières étaient le Grindr de l’époque. Mais dans les tasses, il y avait beaucoup moins de jugements car tout le monde était dans la clandestinité. C’était plus ouvert d’esprit, plus ouvert sur l’autre.

« L’amateur des tasses, c’est Monsieur Tout le monde », notait le sociologue américain Laud Humphreys. Toute classe sociale et tout âge confondu fréquentaient donc les pissotières ?

C’était un endroit public et libre, ouvert à tout le monde. Il y avait un brassage social, de genre, un vivre-ensemble, en souterrain. Tout le monde se mélangeait. On y trouvait aussi des résistants pendant la guerre qui s’échangeaient des papiers et des messages codés entre les graffitis. Il y avait aussi des libertaires, des travestis et des prostitués qui s’abritaient là.

Paris 1948, un homme passe à côté d'une vespasienne
Paris 1948, un homme passe à côté d'une vespasienne - Collection Marc Martin

Et aussi « l’homme marié qui sortait le chien et qui en profitait pour faire une halte dans la vespasienne au coin du square… », témoigne dans votre livre un homme qui fréquentait les tasses…

Oui, l’endroit était connu. Tout le monde savait ce qu’il s’y passait. Et il n’y avait pas besoin de s’afficher homosexuel pour aller s’accorder 15 minutes de plaisir. Rappelons qu’à l’époque il fallait être marié à une femme. A cette époque, il n’y avait pas d’intimité pour tirer son coup. La « norme » c’était d’être marié, de vivre avec sa famille. Et donc la tasse était l’opportunité de vivre sa vraie vie sexuelle. C’était une soupape.

Vous dites qu’elles représentaient autant une honte qu’une fierté au sein de la communauté homosexuelle, pourquoi ?

Un homme de 83 ans m’a raconté qu’il était resté 25 ans avec un homme rencontré dans une pissotière. Jamais dans leur conversation, ils n’osaient dire l’endroit où ils s’étaient rencontrés. Ce n’était pas présentable. C’était un sujet tabou entre eux. Encore aujourd’hui, une partie de la communauté homosexuelle n’a pas envie de ressortir ces histoires quand on voit l’hystérie déclenchée par la Manif pour Tous… Mais c’est un tort, la pissotière fait partie de cette histoire.

En 1970, Roger Peyrefitte écrit « la brigade mondaine fixe à trois minutes le délai normal pour pisser. Ceux qui la dépassent deviennent suspects et s’ils sont deux, ils risquent un séjour au Quai des Orfèvres »… Une persécution s’est aussi abattue sur ces tasses de la part d’homophobes, de policiers, de policiers homophobes ?

Oui, il y a eu une persécution. Il y avait des descentes de police. La police pourchassait les homos dans les parcs. Il y avait aussi les maîtres chanteurs, les loubards. A côté de ça, il y avait une vraie solidarité. Celui qui avait tiré son coup allait ensuite guetter pour prévenir l’arrivée éventuelle de la police pour éviter les prises en flagrant délit.

Vous évoquez aussi les soupeurs (personnes qui déposent des bouts de pain dans les pissotières pour les manger une fois imbibés d’urine), qu’on retrouve dans les écrits de Céline, Auguste Le Breton et Proust de manière plus subjective. Ce n’est donc pas une légende urbaine ?

Non, ce n’est pas une légende. Mais c’était une pratique très marginale. Toutefois, cette histoire a pris le dessus. En fait, certains se sont servis de ça comme un moyen pour décrédibiliser et détruire ces pissotières en disant qu’il n’y avait que des pervers. La preuve, c’est que cette histoire est très ancrée dans la mémoire collective, encore aujourd’hui.

 Marc Martin, «Boulevard du crépuscule», Paris, 2007.
Marc Martin, «Boulevard du crépuscule», Paris, 2007. - Marc Martin, les tasses, 2019

En 1960, le Conseil de Paris vote le retrait progressif des pissotières. Il y a eu une volonté politique de tuer ce monde qu’on ne voulait plus voir ?

Oui, sous prétexte de l’hygiène, elles ont commencé à être démontées car elles allaient à l’encontre de la « morale », selon des élus. Politiquement ce n’était pas tenable.

Désormais, la vespasienne, qu’on appelait aussi à Paris la Ginette, a quasiment disparu de la capitale. Est-elle uniquement de l’ordre du souvenir ?

Pendant longtemps, on en a laissé certaines car elles servaient uniquement d’espace publicitaire. Aujourd’hui, Il en reste une seule, boulevard Arago (14e arrondissement). Mais c’est la plus sage, où on ne peut rien faire, car il y a deux places séparées. Surtout, elle est située juste derrière la prison de la Santé. Tout un symbole.

On ne pourrait pas imaginer la même chose aujourd’hui dans les sanisettes JC Decaux ?

C’est impossible. Ces toilettes publiques n’invitent pas au mystère et à la rencontre. Ça peut être beau, brillant et propre mais entrer dans une sanisette JC Decaux est tout sauf érotique. La ville a changé. Certains se forcent à tout bien ranger par peur du débordement. Mais à force de vouloir aseptiser et édulcorer la ville, ça ne sent plus l’être.