Zoom sur les rues de la capitale

Carole Bianchi - ©2008 20 minutes

— 

Des caméras à tout faire. Hier, le préfet de police Michel Gaudin a présenté son plan « 1 000 caméras » devant le Conseil de Paris. Ce dispositif de vidéosurveillance, qui devrait voir le jour fin 2010, ne servira pas uniquement à traquer la délinquance et notamment les phénomènes de bandes rivales. « Les caméras serviront aussi à réguler le trafic, à gérer l'ordre public et à lutter contre le terrorisme », a précisé Michel Gaudin.

Selon les documents de travail élaborés durant un an par la préfecture de police, le nombre de caméras varie entre 25, dans le 2e arrondissement, et 93 dans le 18e. Au total, 1 226 appareils seront disposés aux endroits stratégiques de la capitale pour un coût estimé entre 65 et 80 millions d'euros. Les conseillers de Paris, qui se sont vu remettre une cartographie détaillée de ces lieux, devraient soumettre ce choix lors de futures concertations publiques avec les habitants.

Dans l'hémicycle du Conseil, des réserves ont été émises, citant l'exemple de Londres, où une personne serait filmée en moyenne 300 fois par jour. « Nous craignons le retrait des policiers », a indiqué Véronique Dubarry (Verts), adjointe en charge du Handicap. « Les caméras ne nous semblent pas être dans les endroits les plus criminogènes, mais devant des écoles où les sans-papiers sont nombreux », a dénoncé Mao Peninou, adjoint PS au maire du 19e. « A la différence de Londres, nous avons un projet mesuré, léger. Quant aux endroits filmés, vos inquiétudes doivent être écartées », leur a rétorqué Michel Gaudin.