Réaménagement de la gare du Nord : La SNCF et la Ville de Paris vont réviser le projet

TRANSPORTS Le projet de rénovation va être réétudié, a assuré l'adjoint à l'Ubanisme Jean-Louis Missika

D.Bd avec AFP

— 

La gare du Nord. (Illustration)
La gare du Nord. (Illustration) — F. Pouliquen / 20 Minutes

Il va donc falloir plancher à nouveau sur la rénovation de la gare du Nord. Le projet controversé sera revu, a annoncé ce vendredi Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris en charge de l’urbanisme. Il sortait d’une réunion avec la SNCF, lors de laquelle l’entreprise et la mairie sont « tombées d’accord sur le fait qu’il fallait trouver une solution. Il fallait nécessairement essayer de trouver un chemin et c’est ce que nous avons essayé de faire ce matin », a affirmé l’élu.

Il s’agit maintenant pour la mairie et l’entreprise ferroviaire de se mettre d’accord sur certains points. « Il faut faire travailler des experts et c’est là-dessus que nous sommes en train de discuter : quels experts, combien d’experts, quelles missions et dans quels délais », énumère Missika.

La Ville veut « dédensifier le programme »

« La Ville et la SNCF se sont mises d’accord pour discuter sur un certain nombre de points pour faire évoluer le projet. Il y aura trois architectes urbanistes conciliateurs qui vont être nommés », a assuré Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo, dans l’émission Le Talk du Figaro. « C’est évidemment pour baisser le programme, le dédensifier », a-t-il ajouté.

« La SNCF se doute bien que c’est pas simple d’instruire un projet contre la mairie et contre la population locale », a-t-il dit, se réjouissant des « signes positifs » envoyés par Guillaume Pepy. Les opposants au projet de rénovation de la première gare d’Europe (700.000 voyageurs par jour) dénoncent son volet commercial validé par la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) le 11 octobre, qui consiste en « une extension de 16.321 m2 », selon l’avis remis par cette dernière.

Hidalgo a rétropédalé dans ce dossier, s’énerve le gouvernement

La Ville de Paris, qui avait d’abord soutenu le projet, s’y était ensuite opposée, le jugeant « trop commercial, dense, pas assez tourné vers les voyageurs ». L’avis de la mairie n’est cependant que consultatif. Le gouvernement défend lui ce projet jugé « nécessaire » en prévision des JO-2024 de Paris, et dénonce le « rétropédalage de la Ville de Paris » à quelques mois des élections municipales. Du côté de la SNCF, on craint trois à quatre ans de retard en cas de retour au point de départ.

Le gigantesque chantier prévoit un véritable lifting de la gare vieille de 155 ans où les trains de banlieue côtoient les wagons à destination du Nord de la France, les trains à grande vitesse Thalys et Eurostar, ainsi que trois lignes de métro. Moyennant 600 millions d’euros, le projet prévoit un toit terrasse végétalisé d’un hectare doté d’une piste de trail, un parking pour 2.000 vélos et une grande nef transversale.

Avec 88.000 m2 supplémentaires, la gare du Nord pourrait atteindre une superficie totale de 124.000 m2, dont 46.000 m2 consacrés à des équipements culturels, une salle de sport ou encore des commerces et bureaux.