Paris: La Ville juge « incompréhensible » le rejet au Sénat d'une police municipale

SOCIETE «Ce rejet est incompréhensible», juge Colombe Brossel, au lendemain du vote défavorable au texte par 228 voix contre et 72 pour.

20 Minutes avec AFP

— 

La DPSP ce mercredi dans le 20e
La DPSP ce mercredi dans le 20e — R.LESCURIEUX

Le rejet par le Sénat d'un amendement visant à la création d'une police municipale à Paris est «incompréhensible» a déclaré jeudi à l'AFP Colombe Brossel, adjointe chargée de la Sécurité à la mairie de Paris.

«Donner à la police les moyens de faire son travail»

«Ce rejet est incompréhensible», juge Colombe Brossel, au lendemain du vote défavorable au texte par 228 voix contre et 72 pour. Cet amendement était étudié dans le cadre de la loi Engagement et proximité, actuellement en première lecture au Sénat.

«D'une part, l'amendement est refusé par les sénateurs de droite, ceux-là même qui nous disaient il y a quelques mois qu'il fallait une police municipale. D'autre part, il y a le refus du gouvernement» avec qui la mairie a été en contacts réguliers ces derniers mois sur le sujet, s'étonne Colombe Brossel.

«On a déjà 3.200 agents, ils seront 3.400 à la fin de l'année», souligne-t-elle, ajoutant: «On a besoin qu'ils puissent devenir policiers municipaux» pour «donner à la police les moyens de faire son travail».

Refuser la création d'une police municipale à Paris «est faire peu de cas de la sécurité des Parisiennes et des Parisiens», pour l'adjointe d'Anne Hidalgo, qui dit craindre d'y voir «de la politique politicienne à l'approche des municipales».

Anne Hidalgo avait fait part en janvier de sa volonté de doter dès 2020 Paris d'une police municipale armée de matraques, suscitant alors le trouble dans l'aile gauche de sa majorité. «Cette décision a en effet fait l'objet d'un débat» mais elle «a été prise d'abord en écoutant les Parisiennes et les Parisiens», défend aujourd'hui Colombe Brossel.