Airbnb : Paris et plusieurs villes européennes veulent faire un « front commun » contre la plateforme

SOCIETE Une réunion se déroule ce jeudi à Munich avec des maires ou adjoints européens pour faire évoluer la législation concernant Airbnb

R.L.

— 

Logo de Airbnb, plateforme communautaire payante de location et de réservation de logements de particuliers. Illustration.
Logo de Airbnb, plateforme communautaire payante de location et de réservation de logements de particuliers. Illustration. — Melanie Wenger/Isopix/SIPA

Un travail commun. Après une première réunion à Bruxelles, il y a deux semaines, une alliance européenne d’une quinzaine de villes – dont Paris, Amsterdam, Barcelone ou Berlin – se retrouve ce jeudi à Munich. Toujours avec ce même objectif : faire un « front commun » contre Airbnb, indique  Ian Brossat, adjoint au logement d’Anne Hidalgo, présent sur place pour représenter Paris.

A l’occasion d’un sommet Eurocities, plusieurs des villes membres de l’alliance comptent en effet échanger sur le sujet des plateformes. Le sujet du sommet : « La coopération entre villes : ce que les villes peuvent apprendre les unes des autres dans le contexte de l’économie des plateformes. »

« Une alerte politique »

« Nous sommes en train de préparer l’acte II, qui sera marqué par une alerte politique à la nouvelle Commission sur la nécessité d’adapter la législation européenne pour qu’elle soit davantage conforme à l’objectif de protection du logement et des habitants (…) Il n’est plus admissible que la Commission européenne n’écoute que le point de vue des plateformes, sans tenir compte des impacts catastrophiques de celles-ci sur nos villes qui sont toutes confrontées aux mêmes constats », commente Ian Brossat.

« Le problème que toutes les métropoles européennes rencontrent aujourd’hui est le suivant : la directive « commerce électronique », sur laquelle s’appuient les lobbyistes, date de l’an 2000 », rappelle-t-il. Depuis plusieurs mois, la mairie de Paris poursuit sa chasse aux locations illégales d’Airbnb en espérant un nouveau tour de vis de l’Etat. Et désormais de l’Europe.