Municipales 2020 à Paris: La maire du 20e, ex-soutien d'Anne Hidalgo, rejoint Benjamin Griveaux

POLITIQUE La maire socialiste sortante du 20e arrondissement de Paris, Frédérique Calandra, a décidé de se rallier à Benjamin Griveaux

R.L. avec AFP

— 

Frédérique Calandra et Anne Hidalgo en 2014
Frédérique Calandra et Anne Hidalgo en 2014 — AFP

Les temps changent. En mars 2014, Frédérique Calandra, tête de liste (PS) et maire sortant dans le 20e arrondissement tweet : « Fière d’être candidate aux côtés d’Anne Hidalgo et son équipe #AvecAnne #NousSommesParis ». Quelques mois plus tard, elle est à nouveau élue dans cet arrondissement du nord-est de la capitale.

Octobre 2019, la maire du 20e publie sur son compte twitter une missive acide envers la maire de Paris et annonce dans le même temps rejoindre les rangs de Benjamin Griveaux (LREM). « Après mûre réflexion, et tirant les leçons de mon expérience de Maire d’arrondissement, j’ai décidé de m’investir dans le projet défendu par Benjamin Griveaux », note-t-elle.

« J’ai subi des pressions de plus en plus fortes »

Il y a quelques semaines, Frédérique Calandra a été délaissée par le PS au profit de Thomas Chevandier. La maire sortante a fait face au cours de son mandat à une scission de sa majorité après son soutien au macroniste Julien Bargeton lors des élections sénatoriales.

Benjamin Griveaux s’est félicité auprès de l’AFP de cette nouvelle prise de guerre, après le ralliement de la maire ex-LR du 9e arrondissement, Delphine Bürkli. « Parmi les différents candidats aux municipales, c’est bien la preuve qu’il y en a un qui est capable de rassembler » du PS à LR, a-t-il souligné. « J’avais fait la promesse que je rassemblerais des gens engagés, qui font fi des partis, et réunis autour de valeurs que l’on partage », a-t-il rappelé.

Dans une lettre adressée aux habitants du 20e dont l’AFP a eu copie, Frédérique Calandra, maire depuis 2008, explique avoir eu des divergences avec la majorité municipale. « A peine réélue en 2014, j’ai subi des pressions de plus en plus fortes au fur et à mesure de l’avancée de la mandature de la part d’élus de la majorité municipale et de Paris qui défendaient des options politiques qui n’étaient pas dans notre programme », explique-elle.

Anne Hidalgo, « prisonnière de ses alliances »

Pour les prochaines municipales en mars 2020, elle se dit convaincue qu’Anne Hidalgo, « prisonnière de ses alliances (communistes, Générations, Verts) », « n’a pas d’autres choix que de porter un projet qui n’est pas conforme à l’idée que je me fais de la solidarité, l’équité et la fraternité ».

L’élue dit avoir « acquis la conviction » qu’elle partageait avec Benjamin Griveaux « la même volonté d’abandonner les postures idéologiques et les instrumentalisations politiques pour proposer des solutions efficaces aux habitants ».

Frédérique Calandra devra passer par la commission départementale d’investiture de LREM si elle souhaite être tête de liste dans le 20e. « Elle y est parfaitement légitime », a précisé Benjamin Griveaux.