VIDEO. Hommage à Jacques Chirac : A Saint-Sulpice, « je voulais soutenir le président avec le drapeau français »

REPORTAGE L’ex-président de la République a reçu ce lundi un hommage solennel à Saint-Sulpice en présence de chefs d’Etats étrangers et de la quasi-totalité de la classe politique nationale

Romain Lescurieux
— 
Le parvis de Saint-Sulpice ce lundi pour la messe en l'honneur de Jacques Chirac
Le parvis de Saint-Sulpice ce lundi pour la messe en l'honneur de Jacques Chirac — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • La France a adressé lundi un ultime adieu à son ex-président Jacques Chirac, lors d’un hommage solennel et en grande pompe en l’église Saint-Sulpice, à Paris.
  • Pour de nombreuses personnes rassemblées sur le parvis, il était important d’adresser un dernier adieu à l’ancien chef d’Etat.
  • Le convoi funéraire s’est ensuite rendu en direction du cimetière de Montparnasse où Jacques Chirac a été inhumé dans l’intimité.

Le cercueil vient de quitter les Invalides et deux retraitées parisiennes discutent sur le parvis de Saint-Sulpice, 6e arrondissement de Paris, alors que les chefs d’Etat commencent à prendre place dans l’église pour la messe solennelle en l’honneur de Jacques Chirac. « Ils vont le faire entrer par la grande porte tu penses ? », « bah c’est qui ? On dirait Nicolas Sarkozy », « on voit mieux sur l’écran finalement », « on ne connaît pas tout le monde dis donc ». Puis Emmanuel Macron accompagné de Brigitte Macron arrivent pour le dernier adieu à l’ancien président.

Ils sont venus nombreux rendre un dernier hommage à Jacques Chirac à Saint-Sulpice
Ils sont venus nombreux rendre un dernier hommage à Jacques Chirac à Saint-Sulpice - Rafael Yaghobzadeh/AP/SIPA

Ce lundi, à l’occasion de ce jour de deuil national, une cérémonie s’est déroulée à l’église Saint-Sulpice à 12 heures, présidée par l’archevêque de Paris Michel Aupetit. Des chefs d’État – anciens et actuels –, des membres du gouvernement et des personnalités politiques étaient présents. Une foule était aussi massée sur le parvis et a applaudi l’entrée et la sortie du corps de l’église, sous un soleil automnal. Tous sont venus rendre hommage à l’ancien président qui s’est éteint jeudi dernier à l’âge de 86 ans, à quelques rues de là.

« Saluer la mémoire du chef d’État, du maire de Paris, de l’homme »

Au milieu de cette foule, Marie, une Parisienne de 60 ans. Pour elle, il était « important de venir » sur le parvis de Saint-Sulpice en ce jour pour « saluer la mémoire du chef d’Etat, du maire de Paris, de l’homme ». « Jacques Chirac est quelqu’un avec qui j’ai partagé de nombreux centres d’intérêt comme les arts premiers. J’ai aussi beaucoup apprécié un certain nombre de ses interventions », explique-t-elle.

Le cercueil de Jacques Chirac à l'entrée de l'église Saint-Sulpice, le 30 septembre 2019
Le cercueil de Jacques Chirac à l'entrée de l'église Saint-Sulpice, le 30 septembre 2019 - R.LESCURIEUX / 20Minutes

Arrivé peu avant midi encadré par une imposante escorte motocycliste, enveloppé du drapeau tricolore et porté par ses anciens officiers de sécurité à l’Elysée, le cercueil de Jacques Chirac a remonté la nef de Saint-Sulpice au son du requiem de Gabriel Fauré, sous les yeux de près de 2.000 invités venus du monde entier. Durant l’heure et demie d’office, plusieurs d’entre eux, fidèles et proches, n’ont pas masqué leur émotion à l’évocation du souvenir de l’ancien maire de Paris, plusieurs fois ministre et Premier ministre, puis deux fois élu président de la République (1995 à 2007).

Après la lecture de l’Evangile choisi par la famille, Monseigneur Aupetit entame son homélie sur le bien commun et la fraternité en citant des moments de la vie de Jacques Chirac. « Si nous prions pour ceux qui sont chargés de nous diriger, c’est parce qu’ils ont la responsabilité du bien commun, de chacune des personnes et de l’ensemble de la communauté afin que tous puissent atteindre leur plein épanouissement […] Le bien commun n’est pas l’intérêt général », explique-t-il. L’archevêque de Paris rappelle que le président « avait axé sa campagne de 1995 sur la fracture sociale, portant ainsi son regard sur ceux qui restent sur le bord de la route », « un mal encore difficile à traiter ».

Un pèlerinage Elysée, Invalides, Saint-Sulpice

Peu avant la fin de la cérémonie, Franck, 52 ans, un membre du Souvenir Français (une association qui garde le souvenir des soldats morts pour la France par l’entretien de tombes et de monuments), uniforme et drapeau tricolore en main, se tient près de la fontaine. « Je voulais soutenir le président Chirac avec le drapeau français. Je l’ai notamment baissé quand le cortège est passé comme on le fait dans les cérémonies militaires », dit celui qui effectue un véritable pèlerinage depuis l’annonce du décès de Jacques Chirac. « Samedi, j’étais à l’Elysée pour signer le livre d’or. Dimanche, j’étais aux Invalides » et aujourd’hui donc à Saint-Sulpice pour le dernier adieu.

Béni une dernière fois par l’archevêque de Paris, le convoi funéraire s’est ensuite rendu en direction du cimetière de Montparnasse où Jacques Chirac a été inhumé dans l’intimité.