Mort de Jacques Chirac: Émotion, souvenirs et confusion… Quand la nouvelle tombe à la mairie de Paris

REPORTAGE Jacques Chirac, chef d’État et maire de Paris de 1977 à 1995 est décédé ce jeudi à l’âge de 86 ans. Dans son ancien QG, on se souvient de l’homme, du maire, des affaires

Romain Lescurieux

— 

Le bureau de la maire de Paris, ce jeudi, après l'annonce du décès de Jacques Chirac
Le bureau de la maire de Paris, ce jeudi, après l'annonce du décès de Jacques Chirac — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • Jacques Chirac est décédé ce jeudi à l’âge de 86 ans.
  • Il a été élu maire de Paris de 1977 à 1995 et a laissé son empreinte dans la capitale.
  • « Paris est en deuil », a déclaré Anne Hidalgo.

« Une histoire abracadabrantesque ». Comme chaque mois, une conférence de presse en amont du Conseil de Paris se déroule le jeudi matin dans l’un des salons de l’Hôtel de ville. Chaque groupe politique se présente devant une poignée de journalistes pour exposer ses vœux et sa vision de la capitale.

Jeudi 26 septembre, ce traditionnel rendez-vous s’annonce « calme » en vue d’un « petit conseil », indique d’ailleurs Laurence Goldgrab, présidente des Radicaux de Gauche. Peu avant midi, au pupitre, le groupe communiste déroule ses thèmes : Airbnb, grève à la RATP, « naming » du Forum des Halles. Mais soudain une journaliste sonne le glas à voix haute : « Chirac est mort ». Un ange passe.

Jacques Chirac, acteur omniprésent de quatre décennies de la vie politique française et internationale, est mort à son domicile parisien à l'âge de 86 ans. L’Hôtel de ville qui a accueilli en 1977 Jacques Chirac, alors élu premier maire de la capitale, se met soudain en branle. Entre larmes, souvenirs et moments de battement.

« Il m’a touché la tête quand j’avais un an »

Les élus de la droite parisienne se succèdent au micro : En tête et en larmes, Marie-Claire Carrère-Gée, fraîchement élue présidente du groupe LRI (Les républicains et indépendants) au Conseil de Paris. Cette ancienne secrétaire générale adjointe de l’Elysée sous Chirac, et conseillère quand il était maire rend spontanément hommage à cette « figure paternelle qui a marqué notre histoire (…) et c’est à Paris que tout a commencé », réagit-elle. « Paris pleure son maire », annoncera le groupe dans la foulée. Les élus exposent une photo d’archive. Celle de Jacques Chirac, les bras en l’air, acclamé par la foule, au soir de son élection à la mairie, le 25 mars 1977. Puis, le Corrézien et chiraquien d’origine, Pierre-Yves Bournazel, intervient.

« Il aimait les gens tels qu’ils sont. Il l’a fait ainsi à Paris, il l’a fait ainsi en tant que chef d’État », déclare-t-il. Et d’ajouter : « Il m’a touché la tête quand j’avais un an ». « Jacques Chirac a accompagné une grande partie de ma vie comme celle de très nombreux Français. Ses messages conservent la force d’une grande modernité. La Corrèze, Paris, la France, le monde et toujours l’amour des gens et la profondeur d’un homme d’Etat », publiera sur Twitter le candidat à la mairie, avec une photo d’archive.

Des gens courent dans les couloirs, les hommages pleuvent : Bertrand Delanoë, Jean Tibéri et bien sûr, à six mois des élections municipales, ceux de tous les prétendants au poste : Benjamin Griveaux, Cédric Villani, Gaspard Gantzer. Dans les rangs de la gauche parisienne, on est en revanche moins explicites.

« Il est à l’origine de mon engagement militant et politique »

« Les emmerdes volent toujours en escadrille », avait déclaré un jour Jacques Chirac. Car Chirac, maire de Paris – qui avait fait de la propreté de la ville son thème majeur de campagne et un « enjeu municipal » – ce n’est pas seulement l’apogée de la célèbre motocrotte. C’est aussi de nombreux scandales politico-financiers : emplois fictifs, faux électeurs, affaire des HLM. Pour Léa Filoche, co-présidente du groupe Génération·s, Chirac, chef d’État, est même « à l’origine de son engagement militant et politique ». « En 1996, je suis toute jeune lycéenne et en revenant de vacances, j’entends parler d’une occupation de l’église Saint-Ambroise. Et Jacques Chirac donne alors l’ordre de virer les sans-papiers. Ça a marqué le début de mon engagement anti-racistes », se remémore-t-elle.

« Pour Paris, c’est quelqu’un qui avait une vision. Notamment à travers le parc André Citroën, commente Danielle Simonnet, conseillère de Paris La France Insoumise. Sans oublier la part d’ombre de l’homme politique, je pense au dernier des grands parce que notre ville lui doit, là où la Seine quitte Paris, au discours de Johannesburg, il fut aussi le dernier Président à défendre l’indépendance de la France au service de la paix. »

Aux alentours de 13 heures, les rangs d’Hidalgo pataugent dans la confusion. La maire de Paris doit s’exprimer à 14 heures mais aucune salle de la mairie n’est disponible. Toutes sont occupées par des événements privés. L’occasion en attendant, de se rappeler que Jacques Chirac avait promis de se baigner dans la Seine. Finalement, le discours solennel se déroulera dans le bureau historique des maires de la ville de Paris.

« Paris est en deuil »

Derrière le pupitre, un portrait de Jacques Chirac, en noir et blanc. Les drapeaux sont en berne. « Paris est en deuil », déclare Anne Hidalgo, en mémoire de celui qui a occupé son siège pendant 18 ans. « Pour nous les Parisiennes et les Parisiens, il sera à jamais notre maire, aimant passionnément sa ville et ses habitants. J’adresse mes plus sincères condoléances à son épouse Bernadette, à sa fille Claude, à son petit-fils Martin, à sa famille et à ses proches », a-t-elle ajouté sur Twitter.

En hommage à sa mémoire, les drapeaux de tous les équipements municipaux seront mis en berne et la tour Eiffel sera éteinte jeudi soir. Un hommage va avoir lieu devant la façade de l’Hôtel de ville. Enfin, des registres seront ouverts à l’Hôtel de Ville et dans toutes les mairies d’arrondissement « pour permettre aux Parisiennes et aux Parisiens de témoigner leur affection », annonce Anne Hidalgo. Le Conseil de Paris qui s’ouvre ce lundi devrait être maintenu et un hommage à Jacques Chirac, maire de Paris, jusqu’à son élection à l’Élysée en 1995, devrait aussi y être organisé.