A Paris, le prêt sur gages sort des clous

ECONOMIE Le Crédit municipal de Paris (CMP) se serre la ceinture... Depuis le mois de janvier, l'établissement a enregistré un «accroissement brutal» de 20 % des prêts sur gages...

Carole Bianchi

— 

Hier, au Crédit municipal de Paris.
Hier, au Crédit municipal de Paris. — S.ORTOLA/20 MINUTES

Le Crédit municipal de Paris (CMP) se serre la ceinture. Depuis le mois de janvier, l'établissement a enregistré un «accroissement brutal» de 20 % des prêts sur gages, accordés généralement à des personnes dans le besoin après la remise d'un objet. Un chiffre principalement expliqué par la baisse du pouvoir d'achat. «D'habitude, l'augmentation annuelle est de 5 à 7 % avec des pics d'activité en fonction des fêtes ou des impôts, précise Serge Nardelli, directeur des services opérationnels du CMP. Cette année, l'activité reste soutenue tout le temps. On devrait bientôt atteindre les 70 000 clients.»

Assis dans la salle comble des prêts sur gages dans le 4e, Bosco*, 43 ans, raconte à voix basse. «On a appelé Cetelem, Cofidis, toutes nos demandes ont été refusées... Alors on vient ici.» Avec sa femme, ce manutentionnaire est venu déposer l'équivalent de 400 euros de bijoux. «Le problème, c'est que le Crédit municipal nous donne moins qu'avant. » Avec la crise financière, la hausse de l'activité prend en effet des proportions inattendues. Depuis le 1er octobre, le Crédit municipal se restreint à prêter 50 % de la valeur des objets, le minimum légal. Auparavant, les guichetiers pouvaient accorder jusqu'à 70 %. « Vu le contexte, le coût de l'argent que nous achetons aux autres banques devient cher et se fait rare. Nous avons dû prendre cette mesure temporaire pour servir tous nos clients, qui sont nouveaux pour beaucoup d'entre eux, souligne Serge Nardelli. La situation n'est pas alarmante, mais il ne faudrait pas que la crise s'éternise. »