Paris: Un dispositif policier similaire à celui du 1er mai déployé en vue des manifestations de samedi

MANIFESTATION 7.500 membres des forces de l'ordre seront déployés ce samedi à Paris, a annoncé le préfet de police

20 Minutes avec AFP

— 

Le cortège du 1er mai 2019
Le cortège du 1er mai 2019 — Alain JOCARD / AFP

Un dispositif sécuritaire « identique à celui du 1er mai ». Ce samedi, quelque 7.500 membres des forces de l’ordre seront déployés à Paris où sont attendues plusieurs manifestations, a annoncé le préfet de police, Didier Lallement. Face à « des gens qui manifestement veulent prendre des revanches sur je ne sais quelle journée », qui « annoncent : "nous ne lâcherons rien", je réponds "nous serons là" », a prévenu le préfet.

Pour leur 45e samedi de protestation, les «gilets jaunes» ont prévu des rendez-vous place de la Madeleine à 9H00, et aux Champs-Elysées à 10H00, mais n'ont pas déclaré de parcours de manifestation. Attac et Solidaires organisent un rassemblement le matin, également à la Madeleine, malgré l'interdiction de la Préfecture. Par ailleurs, la manifestation contre la réforme des retraites, à l'appel de Force ouvrière, partira à 13H30 de Duroc pour se rendre à Denfert-Rochereau. Enfin, la marche pour le climat aura lieu de Nation au Parc de Bercy (12e), à partir de 14H00. Hasard du calendrier, ces mouvements interviennent le jour des journées du patrimoine.

«Mobilité et rapidité»

«Nous avons changé de stratégie et de mode d'intervention», a indiqué le préfet, en insistant sur la «mobilité et la rapidité» des forces de l'ordre. Pour intervenir en tout lieu de Paris, elles disposeront de «180 motos» de police et de gendarmerie, capables de transporter «six compagnies». Afin que les pompiers puissent aussi intervenir plus rapidement en cas de feu, eux aussi disposeront de «motos». Outre les 7.500 forces de l'ordre déployées, des lanceurs d'eau et des blindés de la gendarmerie seront mobilisés samedi.

Didier Lallement a en outre lancé un appel aux organisateurs pour qu'ils prennent «des moyens d'organisation» pour «se prémunir de ceux qui veulent salir (leurs) combats» Le préfet a expliqué qu'il y aurait «des forces devant et autour» des cortèges «pour éviter que se constituent des groupes» violents, comme cela avait été le cas le 1er mai. Quelque 40.000 personnes avaient alors manifesté à Paris pour la traditionnelle fête des travailleurs, à laquelle s'étaient joints des «gilets jaunes»