Paris : Une association de riverains veut faire annuler un festival hip-hop

MUSIQUE Les organisateurs du festival Révolution, qui doit avoir lieu le 22 septembre dans l’enceinte du stade Jean-Bouin dans le 16e arrondissement, se désolent des clichés qui ont la dent dure

20 Minutes avec AFP

— 

Le stade Jean-Bouin à Paris, le 10 juillet 2019.
Le stade Jean-Bouin à Paris, le 10 juillet 2019. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

EDIT : ajout de la date du délibéré

Une association de riverains du Stade Jean-Bouin, dans le 16e arrondissement de Paris, tente de faire interdire un festival programmé dans cette enceinte le 22 septembre. L’événement promet notamment 12 heures de live avec des groupes comme IAM, Assassin, etc.

Le TGI de Paris, saisi en référé par des riverains du Stade Jean-Bouin, dans le XVIe arrondissement de Paris, opposés à un festival de hip-hop dans cette enceinte le 22 septembre, rendra sa décision le 18 septembre, a-t-on appris mercredi auprès des organisateurs.

Une expertise pour les nuisances sonores et la sécurité

Les riverains « n’avaient pas de fondement juridique pour demander l’annulation, mais ont demandé la désignation d’un expert pour mesurer les nuisances sonores, notamment en sondant les appartements autour » a précisé à l’AFP Abdallah Slaiman, cofondateur d’Hiya !, organisateur d’évènements liés à la culture urbaine, comme ce festival baptisé « Révolution ». « Ce sont des mesures lourdes, c’est un peu ridicule de déployer tout ça pour un festival de musiques urbaines, surtout que le Stade Français (club résident de Jean-Bouin, gestionnaire de l’enceinte et partenaire de l’évènement) avait déjà pris toutes les mesures préventives en termes de bruit », déplore-t-il.

Les riverains réclament aussi « une expertise en termes de sécurité, précise à l’AFP Rockin' Squat, parrain du festival et leader d’Assassin, groupe pionnier du rap français. Avec une décision rendue le 18 septembre, quatre jours avant l’évènement, ça nous met dans une situation délicate en tant qu’organisateurs et producteurs ».

« Des stéréotypes qui continuent à vivre »

« C’est un éternel recommencement, c’est pas surprenant, […] ce sont des stéréotypes qui continuent de vivre après 30 ans de culture hip-hop dans ce pays. On va se battre pour imposer le festival, pour qu’il ait lieu, et puis surtout pour leur prouver que nous sommes des gens intelligents, passionnés et équilibrés », poursuit le rappeur, Mathias Cassel (fils de Jean-Pierre Cassel et frère de Vincent), de son vrai nom.

« Visiblement, les cultures urbaines ne sont toujours pas les bienvenues dans les beaux quartiers de Paris », avaient dénoncé les organisateurs dans un communiqué.

View this post on Instagram

LE FESTIVAL REVOLUTION ASSIGNÉ PAR UNE ASSOCIATION DE RIVERAINS DU STADE JEAN BOUIN . Bonjour, Visiblement, les cultures urbaines ne sont toujours pas les bienvenues dans les beaux quartiers de Paris. Une association de riverains du Stade Jean Bouin tente de faire interdire le festival Révolution prévue le 22 septembre ! Loin de nous abattre, ce coup de pression nous donne encore plus envie de voir se réaliser cet événement pour tous ceux qui aiment, vivent et font vivre les cultures urbaines au quotidien. Ça n’est pas la première fois qu’on tente de réduire les cultures urbaines à de la sous culture et ça ne sera surement pas la dernière. Alors faisons en sorte que ce rassemblement soit une manière de montrer que nous existons partout, que notre culture nous rend solidaires et forts ensemble. Au lieu de tenter de nous faire taire, on adorerait voir tous les riverains du stade se joindre à nous. Qu’ils constatent par eux même que ce festival les concerne aussi, que tout le monde est le bienvenu et que le « bruit » qu’on va faire est un art à part entière qui mérite d’être vu et entendu avec dans ses bagages l’éducation, le partage et la tolérance. Qu’ils se rendent compte que ce ne sont pas des voyous qui vont débarquer dans leur quartier, mais bien des artistes talentueux avec un public qui sait ce que veux dire le respect et la passion. On espère qu’un jour on aura plus besoin de préciser tout ça… On reste sérieux dans nos affaires et convaincus que ce festival aura bien lieu, et que ceux qui auront à prendre la décision le feront de manière éclairée ! MAINTENANT, ON COMPTE SUR VOUS POUR VENIR NOMBREUX ! Pour montrer à tous ceux qui ne veulent pas nous voir que l’époque de la censure et du conformisme est révolue. C’est aussi ça une Révolution : Faire évoluer les mentalités pour que plus rien ne soit comme avant. . @realrockinsquat & L’Équipe @hiya.fr 🐰 . #REVOLUTION #REVOLUTION2209 #ensemble #culture #Art #urbain #iam #assassin #medine #oxmopuccino #disiz #alonzo #fianso #kaaris #kalashcriminel #rk #blackm #sianna #luzine #laprec #redstarfc #GDS #Mouv #revolte #artist #streetart #Paris

A post shared by HIYA! (@hiya.fr) on

Des ateliers aussi au programme

Le festival ne propose pas que des concerts – sont également programmés Kaaris, Oxmo Puccino, Medine, Fianso, etc. avec une clôture à minuit – mais aussi des fresques réalisées en temps réel par des graffeurs, des « battles » (concours) de danse ou encore des ateliers d’initiation au rugby, puisque le Stade Français, club résident de Jean-Bouin et gestionnaire de l’enceinte, est partenaire de l’évènement.

L’avocat de l’association des riverains n’a pu être contacté par l’AFP.