Comment ne pas galérer pour trouver un logement étudiant à Paris

LOGEMENT 20 Minutes dévoile les conseils d’un expert en immobilier pour éviter aux étudiants de rencontrer des difficultés à trouver un logement dans la capitale

Camille Tyrou

— 

De nombreux étudiants sont en recherche active pour trouver un logement étudiant avant la rentrée, qui débute dans deux semaines.
De nombreux étudiants sont en recherche active pour trouver un logement étudiant avant la rentrée, qui débute dans deux semaines. — A. Gelebart/20 Minutes/SIPA
  • Alors que la rentrée approche, pour beaucoup le plus dur reste à faire : trouver un logement à Paris.
  • D’autant que le prix des loyers dans le privé a augmenté de 5 % à Paris selon le dernier rapport du syndicat étudiant Unef.
  • Un expert en immobilier vous donne plusieurs conseils pour faciliter en amont vos recherches.

D’ici à deux semaines, près de 700.000 étudiants vont faire leur rentrée à Paris. Cette période de l’année est donc synonyme de recherches de logements. Et ce n’est pas une mince affaire dans la capitale ! La rentrée 2019 ne va rien arranger. Selon le dernier rapport annuel du syndicat étudiant Unef, le coût de la vie étudiante continue de grimper. Le premier poste de dépenses reste le loyer, en hausse dans le privé de 5,18 % à Paris (en moyenne 873 euros). « Le budget est ce qui guide en premier l’étudiant », explique Alexis Alban, expert immobilier chez Lodgis.

Certains étudiants peuvent prétendre à un logement du Crous (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires) dans l’une des 70 résidences parisiennes. C’est le cas d’Eva : « En tant que boursière à l’échelon le plus élevé, je suis prioritaire dans tous les logements du Crous. J’ai fait une demande dans la résidence la plus proche et j’ai eu une place. »

Beaucoup d’étudiants pour peu de logements parisiens

En revanche, d’autres connaissent un véritable casse-tête pour trouver un appartement. Originaires de Marseille, Benjamin et sa compagne, qui devaient finir leurs études à Paris, ont galéré pendant six mois avant de se résigner à vivre dans une location insalubre pendant huit mois, faute de mieux. « On a toujours eu les mêmes raisons de refus : des propriétaires qui ne veulent que des filles ou pas d’étudiants, des garanties irréalistes ou des baux de courtes durées. » Malgré un bon dossier, Egnaro n’essuie que des refus. « Mes garants sont mes grands-parents, tous deux anciens architectes touchant une très bonne retraite. Je suis acceptée dans la meilleure prépa droit éco de France mais cela n’est pas suffisant aux yeux des propriétaires », confie-t-elle exaspérée.

Plusieurs raisons permettent d’expliquer cela selon Alexis Alban. « Le marché parisien est très tendu car il y a beaucoup d’étudiants mais pas suffisamment de logements disponibles. », indique Alexis Alban. Les studios sont ainsi très demandés dans la capitale en raison des prix élevés des loyers. « Il est évident que les gens se battent pour une location à loyer raisonnable, poursuit-il. Il y a aussi l’effet de la saisonnalité. Ils cherchent tous à la même période, ce qui explique que les appartements partent très vite. »

Ne pas être trop restrictif et ne pas s’y prendre trop tôt

Voici ce que conseille l’expert immobilieraux étudiants pour ne pas trop galérer à trouver un appartement pour la rentrée. Il est important de « ne pas être trop limité par la localisation » car selon lui l’un des gros avantages de Paris est son accessibilité en métro, ni même de « se montrer trop difficile dans les critères du logement ». En revanche, il est fortement conseillé d’être rigoureux lors de l’état des lieux d’entrée afin d’éviter de mauvaises surprises lors de la sortie.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, inutile aussi de s’y prendre trop tôt. « Les logements pour la rentrée ne sont généralement pas encore disponibles. Il est conseillé d’accélérer les recherches deux mois avant l’emménagement, soit à partir de juin », précise Alexis Alban. Ce qui permet d’identifier les locations déjà rendues dans la capitale.

Opter pour le bail mobilité, une option idéale pour étudier à l’étranger

Pour gagner du temps, l’expert immobilier préconise aux étudiants d’arriver avec un dossier déjà prêt lors des visites d’appartements afin de faciliter les procédures. « Les propriétaires ont tendance à regarder en premier les dossiers déjà prêts », confie l’expert.

Lors de ses études, il est parfois difficile de prédire combien de temps on va rester dans un appartement, en fonction des échanges universitaires ou des stages à l’étranger.Le bail mobilité peut être une « bonne solution si vous prévoyez de partir à l’autre bout de la France ou même à l’étranger ». Il est conclu entre le propriétaire et le locataire pour une durée d’un à dix mois. Et le petit plus : aucun dépôt de garantie n’est nécessaire. Pour rassurer le propriétaire, il est également possible de passer par un organisme de cautionnement (assurance en cas d’impayés ou de dégradations).