VIDEO. Créteil: Un mort et huit blessés dans l'incendie d'un immeuble près de l'hôpital Mondor

SINISTRE L'incendie, qui s'est déclaré vers 23h00, a mobilisé une centaine de pompiers qui ont réussi à le maîtriser vers 1h00

P.B. avec AFP

— 

L'incendie dans un immeuble du site de l'hôpital Mondor de Créteil, dans la nuit du 21 au 22 août 2019, a fait un mort et huit blessés.
L'incendie dans un immeuble du site de l'hôpital Mondor de Créteil, dans la nuit du 21 au 22 août 2019, a fait un mort et huit blessés. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Un important incendie a ravagé un immeuble de 10 étages sur le site de l'hôpital Henri-Mondor de Créteil ( Val-de-Marne​), dans la nuit de mercredi à jeudi. Le sinistre a fait au moins un mort et huit blessés, dont deux graves du côté des pompiers, selon un bilan fourni à 20 Minutes par un porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) à 1h30, alors que les flammes venaient d’être maîtrisées après deux heures d’un intense combat.

L’incendie s’est déclaré vers 23h00 dans un appartement de cet immeuble qui héberge des employés de Mondor, avant de se propager à tous les étages via les façades et la cage d’escalier. Il n’y a pas eu d’évacuation de l’hôpital, situé à « quelques centaines de mètres », et son fonctionnement n’a pas été perturbé, précise la BSPP. Les pompiers ont sauvé dix personnes prisonnières des fumées, et au moins une cinquantaine de personnes ont été évacuées au total.

Deux blessés graves chez les pompiers

Une centaine de soldats du feu ont été mobilisés. Quand ils sont arrivés sur place, ils ont « fait face à un feu déjà largement propagé sur les 10 étages. Ils ont réussi à circonscrire les flammes à une seule cage d’escalier », précise la BSPP. Lors de la « phase d’attaque », deux pompiers ont été gravement blessés et pris en charge par les secours – leurs jours ne sont pas en danger. En progressant dans l’immeuble, les pompiers ont découvert une femme décédée, « très certainement intoxiquée ».

Le 22 juin dernier à Paris, trois personnes avaient été tuées et 27 blessées, dont une grièvement, dans l’incendie d’un immeuble du 11e arrondissement. Quatre mois plus tôt, dans la nuit du 4 au 5 février, une femme souffrant de problèmes psychiatriques avait volontairement déclenché un incendie dans un immeuble du 16e arrondissement de Paris, faisant 10 morts et 96 blessés, le bilan le plus meurtrier dans la capitale en près de 14 ans.