Paris: Une étude menée pour identifier les essences d'arbres les plus résistantes aux fortes chaleurs

ENVIRONNEMENT Une étude, menée par la mairie de Paris pendant trois ans, devra déterminer les nouvelles essences d’arbres à planter dans la capitale pour remédier à la fois au réchauffement climatique et contribuer au rafraîchissement de la ville

Camille Tyrou

— 

La mairie de Paris lance une étude pendant trois ans, qui consistera à identifier les espèces d'arbres les plus robustes face à la sécheresse et aux fortes chaleurs, en lien avec le réchauffement climatique.
La mairie de Paris lance une étude pendant trois ans, qui consistera à identifier les espèces d'arbres les plus robustes face à la sécheresse et aux fortes chaleurs, en lien avec le réchauffement climatique. — JPDN/SIPA
  • Une étude, baptisée «arbre et climat» sera menée pendant trois ans par la mairie de Paris. 
  • Elle consiste à identifier puis à suivre l'adaptation aux fortes chaleurs de diverses espèces d'arbres dans la capitale.
  • 36 arbres de neuf espèces différentes ont ainsi été équipés d'appareils de «monitoring» pour récolter des données en continu.

Paris est l’une des capitales les plus boisées d’Europe avec un patrimoine arboré de près de 500.000 arbres dont 300.000 dans les deux bois parisiens. Pour assurer la pérennité de ce patrimoine face au réchauffement climatique, la ville de Paris mène une étude, baptisée « arbre et climat », qui consiste à identifier et à suivre l’adaptation des différentes essences aux futures conditions climatiques dans la capitale. 20 Minutes décrypte cette nouvelle méthode d’analyses des arbres en milieu urbain.

En quoi consiste cette étude ?

Après une phase préparatoire, une étude, qui vient d’être lancée, sera menée pendant trois ans. Pour s’adapter au réchauffement climatique et garantir la pérennité de son patrimoine arboré, la ville de Paris a décidé d'étudier diverses espèces d'arbres afin de connaître celles qui supporteront le mieux les fortes chaleurs. « 36 arbres de neuf espèces différentes ont été équipés de différents appareils de monitoring permettant la collecte de données en continue », précise-t-on à la mairie de Paris. Ainsi, le micocoulier de Provence, le févier d’Amérique, le chêne vert, le sophora du japon, le tilleul à petites feuilles, l’orme résistant, le zelkova du japon, le chêne chevelu et le platane commun seront surveillés de près pendant ces trois ans.

Quels sont ses objectifs ?

Cette étude devrait permettre de déterminer les essences d’arbre les plus adaptées aux épisodes de sécheresse et de chaleur, celles qui contribueront à réduire les effets d’îlots de chaleur en ville, si l’arbre apporte davantage de fraîcheur dans certaines conditions et comment adapter les pratiques de gestion. « Elle permettra de proposer des outils concrets et pratiques pour aider la Ville dans le choix des essences d’arbres à planter et dans les pratiques de gestion de l’arbre en milieu urbain pour s’adapter au changement climatique et augmenter sa résilience », poursuit-on à la mairie de Paris.

Pourquoi est-il important de connaître l’état de résistance des arbres ?

Chaque année, les arbres de la capitale sont au moins visités une fois. « Toutes les études le montrent, les arbres en ville sont des alliés précieux pour la résilience urbaine. Encore faut-il que ceux-ci soient adaptés aux climats et en bonne santé pour rendre les services écosystémiques attendus », glisse la Ville de Paris. Cette dernière surveille ainsi leur état phytosanitaire et leur résistance mécanique pour réduire, par exemple, les risques de chute.

Les arbres sont-ils vraiment un moyen de faire baisser les températures en ville ?

Limiter l’ensoleillement des surfaces qui pourraient absorber la chaleur ou refroidir l’air par le rejet de vapeur d’eau, tels sont les pouvoirs des arbres en milieu urbain. « Les thermographies aériennes de Paris montrent très bien l’effet rafraîchissant de la végétalisation de jour comme de nuit », se réjouit la Ville de Paris. Les études réalisées démontrent que les arbres permettent de lutter contre les îlots de chaleur, notamment par l’ombrage qu’ils fournissent.

Les fortes chaleurs vont se multiplier ces prochaines années à Paris, quels sont les risques pour les arbres ?

Casse de branches desséchées, chute prématurée de feuilles, surmortalité des jeunes plantations, brûlures sur les écorces, stress hydrique ou encore installation de parasites. Tels sont les différents risques auxquels les arbres pourront être confrontés si les fortes chaleurs se multiplient à l’avenir. « Les conséquences d’un changement plus global du climat sur les arbres parisiens avec potentiellement un changement des essences d’arbres adaptés à notre climat sont encore mal connues, c’est l’enjeu de notre étude », conclut la mairie de Paris.