Déplacement en Falcon d’Hidalgo: Contrôles antidopage, personnalités… Que sait-on de ce trajet?

ENVIRONNEMENT Selon les informations du «Canard Enchaîné», Anne Hidalgo a fait l’aller-retour Le Bourget-Chambéry dans la même journée en Falcon pour suivre le Tour de France. Un avion qui ne transportait aucun contrôles antidopage, mais d'autres personnalités

Romain Lescurieux

— 

La maire de Paris, Anne Hidalgo, le 24 juin 2019, dans son bureau
La maire de Paris, Anne Hidalgo, le 24 juin 2019, dans son bureau — KAMIL ZIHNIOGLU / Sipa pour 20 Minutes
  • Cet avion, un Falcon, était affrété par l’organisateur du Tour, ASO, tout au long de la course, pour faire des allers-retours quotidiens avec des « personnalités VIP ».
  • « L’avion ne transportait pas de contrôles antidopage », assure-t-on ce jeudi.

Une 19e étape du Tour de France qui fait du bruit. Le Canard Enchaîné a révélé ce mercredi que la maire de Paris, Anne Hidalgo, a fait l'aller-retour Le Bourget-Chambéry dans la même journée en Falcon, le 26 juillet dernier, pour suivre une étape de la course. Affrété par l’organisateur du Tour – Amaury Sport Organisation (ASO) – cet avion faisait des allers-retours quotidiens lors de la compétition avec des « personnalités VIP ». Contrôles antidopage et personnalités à bord, coût du déplacement… 20 Minutes fait le point sur ce trajet du 26 juillet.

Cet avion transportait-il les contrôles antidopage des coureurs ?

Finalement, non. Mais la version des faits a évolué au fur et à mesure de la journée. « Tous les jours, l’avion du Tour fait des allers-retours avec les tests de dépistage [les contrôles antidopage des coureurs] et en profite du coup pour inviter des personnalités et ainsi de ne pas faire tourner l’avion à vide », expliquait-on le mercredi matin, à l’Hôtel de ville, auprès de 20 Minutes et d’autres médias. Dans la soirée, changement de braquet.

Contacté par CheckNews, le directeur du département des contrôles de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), Damien Ressiot, assure au site Internet que ces fioles ne sont pas transportées en avion : « Les échantillons sont acheminés chaque jour en voiture, depuis le contrôle jusqu’au laboratoire de Châtenay-Malabry, où ils sont analysés ». La mairie revoit alors sa copie. « Effectivement, nous l’avons appris hier. L’avion ne transportait pas de contrôles antidopage. Ça se faisait en avion il y a des années. Aujourd’hui c’est en voiture », explique-t-on ce jeudi au cabinet de la maire, joint par 20 Minutes.

Quid de cet avion ?

Cet avion, un Falcon, est affrété par l’organisateur du Tour, ASO, tout au long de la course, pour faire des allers-retours quotidiens avec des « personnalités VIP ». « Tout est payé par l’organisateur du Tour », réagit-on à l’Hôtel de ville auprès de 20 Minutes. « L’avion n’a pas été uniquement affrété pour la maire de Paris. Il fait des trajets tous les jours durant le Tour avec des personnalités », démine-t-on dans l’entourage de la maire.

Qui était à bord de l’appareil ?

Selon nos informations, l’avion était plein et transportait une quinzaine de « personnalités VIP ». Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a également effectué ce déplacement à bord pour se rendre sur cette 19e étape du Tour de France. Pour les autres personnalités, c’est silence radio. Contacté ASO n’a pas répondu à nos sollicitations.

Combien coûte un tel déplacement ?

L’affrètement a-t-il été opéré par Dassault, propriétaire des modèles Falcon ? « Un partenariat entre ASO et Dassault est tout à fait possible. Concernant le prix, c’est très variable », note un expert de location de jet privé dont des modèles Falcon. Contacté Dassault Falcon Service qui loue ses appareils pour des vols d’affaire depuis un terminal privé du Bourget, ne confirme pas un éventuel partenariat avec ASO et ne souhaite pas communiquer ses tarifs. Sur son site, il est précisé pour les passagers VIP que « Dassault Falcon Service vous assure discrétion et confidentialité ». C’était sans compter sur Le Canard Enchaîné.