Plainte contre X, écoles fermées, chantier arrêté... Faut-il craindre une contamination au plomb autour de Notre-Dame?

CONSEQUENCES Lors de l’incendie de Notre-Dame, le 15 avril dernier, entre 350 et 400 tonnes de plomb, issues de la toiture et de la flèche sont parties en fumée

Caroline Politi

— 

Un ouvrier en train de nettoyer un débris après l'incendie de Notre-Dame
Un ouvrier en train de nettoyer un débris après l'incendie de Notre-Dame — Rafael Yaghobzadeh/AP/SIPA
  • Quelque 300 à 400 tonnes de plomb sont parties en fumée lors de l’incendie de Notre-Dame.
  • Une plainte contre X pour « carences fautives » a été déposée par l’association Robin des Bois.
  • L’organisation reproche aux autorités de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour protéger les populations.

Le 15 avril dernier, lorsque la charpente de Notre-Dame de Paris s’est embrasée, ce n’est pas seulement un monument de l’histoire de France qui est partie en fumée  : entre 350 et 400 tonnes de plomb qui constituaient la toiture et la flèche ont été réduits en cendre. Or, ce métal lourd est désormais au cœur de nombreuses inquiétudes. Vendredi,  l’association Robin des Bois a porté plainte pour « carences fautives dans la mise en œuvre des mesures de police générale (notamment la protection et l’information des populations et des travailleurs) ayant pour conséquence la mise en danger délibérée d’autrui et la non-assistance à personne en danger ».

Les autorités ont-elles tardé à prendre des mesures de protection comme l’affirme l’organisation qui œuvre pour l’environnement ? Selon elle, les riverains auraient dû être confinés, les attroupements le soir de l’incendie interdits et les fermetures des écoles plus rapides pour éviter des contaminations au plomb. 20 Minutes fait le point.

Le plomb, quelles conséquences sur la santé ?

L’intoxication au plomb, également appelée « saturnisme », est connue depuis longtemps. Ce métal lourd entre dans l’organisme par inhalation ou par ingestion avant de se diffuser dans le cerveau, le foie, les reins ou les os. « Il n’existe pas de concentration de plomb dans le sang qui soit sans danger », avertit l’Organisation mondiale de la santé (OMS). A des niveaux élevés ou chroniques, une exposition au plomb entraîne des troubles digestifs, une perturbation des reins, des lésions du système nerveux ou des anomalies de la reproduction.

Les enfants, au système nerveux en plein développement, sont particulièrement vulnérables. Pour une même quantité, leur organisme absorbe « 4 à 5 fois plus de plomb que les adultes » et leur propension à porter des objets à la bouche les expose davantage, souligne l’OMS. Même des concentrations sanguines faibles « peuvent affecter l’intelligence de l’enfant et entraîner des problèmes comportementaux et des difficultés d’apprentissage ».

Malgré les rejets massifs de poussière de plomb dans l'incendie, pour l'heure, aucun cas de saturnisme lié à l'incendie n'a été détecté. Parmi les 82 enfants résidants à proximité de Notre-Dame ayant fait les tests, un seul présentait une plombémie relevant du saturnisme mais son intoxication serait liée à son logement sans lien avec l’incendie. En revanche, dix étaient au-dessus du seuil de vigilance.

Pourquoi les écoles n’ont-elles pas été fermées?

Peu après l’incendie, l’Agence régionale de santé (ARS) a indiqué « qu’il n’y avait pas de risque sanitaire lié au plomb en matière de qualité de l’air ». Le risque d’inhalation écarté, s’est rapidement posé de la contamination des sols. A l’intérieur, le seuil de 1.000 μg de plomb par m2 est le maximum autorisé mais en 2014, le Haut conseil de la santé publique a recommandé qu’un dépassement du seuil de 70 μg de plomb par m² devait conduire à un dépistage du saturnisme infantile.

Des prélèvements à l’intérieur d’une dizaine d’établissements proches de Notre-Dame ont été effectués après l’incendie : aucun d’entre eux ne dépassait les 70 µg/m² et ne nécessitait donc, aux yeux des autorités, d’être fermé pour être décontaminé. Mais selon Mediapart, les taux annoncés étaient une moyenne des établissements : une pièce exposée pouvait présenter des taux supérieurs mais était compensée avec une salle moins exposée. Ainsi, quelques pics allant jusqu’à 698 µg/m², notamment dans les cours de récréations, ont été relevés.

Après l’enquête de Mediapart, la mairie de Paris a annoncé « un nettoyage approfondi » des écoles environnantes « pour nous assurer que le risque est minime ». La ville a également décidé le 26 juillet de fermer « par mesure de précaution » deux écoles du quartier de Saint-Germain-des-Prés restées ouvertes pour faire office de centres de loisirs pendant l’été. Des taux en plomb supérieurs à 5.000 μg/m2 ont été relevés dans les cours extérieures.

Les difficultés d’évaluation sur la voie publique

Mesurer les risques de la contamination à l’extérieur, c’est peut-être là la principale difficulté rencontrée par les autorités. Si à l’intérieur, le seuil de 1.000 μg de plomb par m2 est le maximum autorisé, il n’existait pas de recommandations sanitaires concernant les poussières de plomb sur la voie publique. Or sur les sols, les concentrations atteignent des sommets autour du site de Notre-Dame. Sur le parvis, des analyses font état de 500.000 µg de plomb par m², dans la rue de la cité, on relève 50.000 µg/m² et 20.000 µg/m2 sur la place Saint-Michel, relève l’Agence régionale de santé (ARS). A titre de comparaison, Le Monde rappelle que l’ARS considère que la valeur habituelle mesurée à Paris est 5 000 μg/m².

Dans un communiqué du 5 juillet, l’ARS a reconnu la présence de «valeurs élevées», mais avait nuancé la situation, relevant que celles-ci pouvaient être «très hétérogènes à quelques dizaines de mètres». Néanmoins fin juillet, le préfet d’Ile-de-France a annoncé la suspension du chantier de Notre-Dame pour quelques jours afin de « mettre à plat » les pratiques. Quelques semaines auparavant, Mediapart révélait un rapport de l’inspection du travail relevant de graves dysfonctionnements : ouvriers travaillant sans masque ni gants, n’ayant reçu aucune formation adaptée, des installations de décontaminations sous-dimensionnées… Le chantier ne reprendra qu'à la rentrée.