Paris: Chaleur, misère... A la porte de la Chapelle, la situation «ne cesse de se dégrader»

SOCIETE Entre 1.500 et 2.000 migrants vivent actuellement dans des campements d’infortune dans le nord-est de la capitale. Une halte humanitaire ouverte à la porte de la Chapelle durant la période estivale les accueille

Romain Lescurieux
— 
Ce jeudi, à la halte d'accueil de la porte de la Chapelle (18e arrondissement)
Ce jeudi, à la halte d'accueil de la porte de la Chapelle (18e arrondissement) — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • En plus des difficultés quotidiennes, les migrants et bénévoles doivent faire face à la canicule.
  • Entre 1.500 et 2.000 migrants vivent actuellement dans des campements d’infortune dans le nord-est de la capitale.
  • «Il faut arrêter de considérer que cette situation n’existe pas (…) Sans l’État cette situation va dégénérer », a lancé la maire de Paris, Anne Hidalgo, ce mercredi. 

« Cette semaine, c’est compliqué avec la chaleur », lâche Mattio, 23 ans, ancien étudiant en droit à Kaboul, qui a fui son pays pour la France. Après un passage par Toulouse et Gap, il est arrivé à la porte de la Chapelle , dans le 18e arrondissement de Paris, il y a un an, en juillet 2018. Là où les tentes – dont la sienne – s’alignent sous le périphérique.

Ce jeudi, autour d’un lavabo installé sur le trottoir, quelques hommes se ravitaillent en eau et s’en passent sur le visage et les avant-bras. A quelques mètres, à côté de la déchetterie, dans une usine désaffectée, une salle et un jardin en friche avec quelques zones d’ombre, abrite également plusieurs dizaines de migrants.

Un point d'eau installé par la mairie de Paris
Un point d'eau installé par la mairie de Paris - R.LESCURIEUX / 20Minutes

Cet accueil de jour humanitaire situé avenue du Président-Wilson est géré par l’Armée du Salut. Et doit faire face, en plus de la misère et des difficultés quotidiennes qui existent depuis maintenant trois ans dans le secteur, à une chaleur écrasante, avec plus de 42 degrés cet après-midi dans la capitale.

Plus de 200 douches par jour

Ouvert fin mai, l’endroit permet aux personnes de se mettre à l’abri de la chaleur et de prendre des douches pour se rafraîchir. Récemment, des gourdes ont été distribuées par la ville, des jets et des points d’eau ont été mis en place et le nombre de douches a été augmenté. La halte en compte désormais douze. Plus de 200 douches sont prises par jour, selon les bénévoles. Durant toute la période estivale la halte est ouverte 7 jours sur 7, de 8 heures à 19 heures.

Un point d'eau à la halte de la Chapelle
Un point d'eau à la halte de la Chapelle - R.LESCURIEUX / 20Minutes

« Depuis lundi on ferme entre 13 et 14 heures pour un passage de relais entre les équipes et désengorger un peu la halte. Le matin c’est calme mais l’après-midi il y a beaucoup de monde et on a eu des altercations. Donc on calme un peu le jeu. », explique Isaure de Gaulejac, chef de projet à la Fondation Armée du Salut. « Il y a des tensions avec la chaleur mais surtout parce que ces personnes sont coincées là, à la porte de la Chapelle », ajoute-t-elle.

D’après le dernier décompte de France Terre d’Asile, quelque 1.500 à 2.000 personnes vivent actuellement dans des campements d’infortune, dans le nord-est parisien, principalement porte de la Chapelle et Aubervilliers. Parmi elles, entre 300 à 400 migrants passent par la halte chaque jour. Quelques personnes venues de la Colline du crack y passent également. Ce jeudi, à côté de la buanderie, dans la salle principale de la halte, certains se reposent, d'autres font charger leur portable. On y croise des Soudanais, des Erythréens, des Somaliens, des Afghans ou encore quelques Iraniens, comme Mojtaba.

« Je veux devenir aide-soignant ici »

« Il fait quand même moins chaud qu’en Iran », sourit-il. Originaire de Chiraz, il est arrivé à la porte de la Chapelle, le 16 juin dernier. « Je suis parti pour des questions de religion, des déceptions, des problèmes avec la police », raconte-t-il brièvement. Aujourd’hui, il est bénévole à la halte. Depuis un mois, il aide quotidiennement les associations présentes sur le site, l’Armée du Salut, mais aussi les partenaires comme le Samu social, France Terre d’Asile ou encore Aurore.

Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak.
Reportage à la Porte de la Chapelle auprès des migrants les 25 et 27 juillet 2017. Distribution de petit-déjeuners avec le collectif Solidarité Migrants Wilson et l'association Utopia. Visite des campements et observation des conditions de vie. Rencontre avec une habitante du quartier. Olivier Juszczak. - OLIVIER JUSZCZAK/20 MINUTES

Mojtaba a fait une demande d’asile pour rester en France. « Je veux devenir aide-soignant ici, c’était mon métier en Iran », explique-t-il. Le 1er août, il a son entretien à l’Ofpra (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides). Et espère que sa demande aboutisse. Le dossier de Mattio, lui, a été refusé à deux reprises. « Mais je vais redemander », dit-il, dans le jardin de la halte.

« Il ne faudrait pas nous oublier quand même »

Cette halte financée par la ville de Paris et la ville de Saint-Denis appartient à La Compagnie de Phalsbourg. Le bâtiment est prêté jusqu’à fin septembre et deviendra par la suite le « Dock des Alcools ». Quid des migrants ? Rien de concret, répondent les bénévoles, désemparés. « Les associations et les collectifs le disent, la situation ne cesse de se dégrader. Il y a de plus en plus de monde, on voit des nouvelles têtes tous les jours. Et le secteur est de plus en plus insalubre », détaille Isaure de Gaulejac. Ce mercredi, la maire de Paris, Anne Hidalgo, est également passée à la halte.

« La situation s’aggrave (…) avec dix maires de tous bords confondus nous avons appelé l’État à nous venir en aide à créer avec nous des solutions qui permettent à ces personnes d’être prises en charge. C’est vraiment un cri d’alarme que je pousse. Il faut arrêter de considérer que cette situation n’existe pas (…) Sans l’État cette situation va dégénérer », a-t-elle réagi, dans une vidéo postée sur Twitter. « C’est l’été, beaucoup de gens sont en vacances mais il ne faudrait pas nous oublier quand même », note de son côté Isaure de Gaulejac.