Totalement interdit, une locataire louait son logement social, du 16e arrondissement de Paris, sur Airbnb à 255 euros la nuit. Après un différend avec des touristes, ces derniers l'ont dénoncé au bailleur social Paris Habitat.
Totalement interdit, une locataire louait son logement social, du 16e arrondissement de Paris, sur Airbnb à 255 euros la nuit. Après un différend avec des touristes, ces derniers l'ont dénoncé au bailleur social Paris Habitat. — Melanie Wenger/Isopix/SIPA

LOGEMENT

Paris: Elle loue son logement social sur Airbnb, des touristes dénoncent cette pratique illégale

Une locataire d'un logement social du 16e arrondissement de Paris a mis en location son appartement sur Airbnb à 255 euros la nuit. Après un différend avec des touristes, ces derniers l'ont dénoncée

Selon Le Parisien, une locataire a mis son logement de 95 m2, situé dans le 16e arrondissement de Paris, en location sur Airbnb à 255 euros la nuit. Sauf que ce bien est un logement social, interdit à la sous-location, comme le précise au Parisien Stéphane Bettiol, directeur général adjoint de Paris Habitat, « même pour quelques jours par an. »

Si cette loueuse s’est fait pincer par le bailleur social, ce n’est pas par le gardien de l’immeuble HLM mais bien par les touristes après un différend. « Une amie a loué ce logement. Dès son arrivée, elle a vu que c’était un immeuble social. Mais surtout, la loueuse n’a pas eu un comportement correct. A l’issue de la location, elle nous a réclamé 1.000 euros en disant que nous avions abîmé son canapé », raconte une Parisienne, qui a contacté le bailleur Paris Habitat après ce contentieux.

Contactée par Le Parisien, la loueuse déclare n’être pas au courant de cette interdiction : « Même pour quelques jours par an ? Je n’étais pas au courant. Je vais retirer l’annonce. » Ce genre de pratique peut amener les contrevenants devant le tribunal. « Lorsque des cas sont avérés, nous engageons systématiquement une procédure au tribunal. Les condamnations peuvent aller jusqu’à 5.000 euros d’amende, voire la résiliation du bail », détaille Stéphane Bettiol, qui a engagé une action pour ce cas. Dimanche matin, l’annonce était toujours en ligne sur Airbnb, qui sera chargée de la supprimer après l’alerte du bailleur social.