VIDEO. Paris: C'est quoi le Facebook Summer Camp de La Villette?

REPORTAGE Pendant l’été, le réseau social américain s’installe au parc de la Villette pour le Facebook Summer Camp. Des activités ludiques sont proposées aux visiteurs tous les week-ends

Clément Rodriguez

— 

Le Facebook Summer Camp s'installe au parc de la Villette jusqu'au 11 août 2019
Le Facebook Summer Camp s'installe au parc de la Villette jusqu'au 11 août 2019 — Clément Rodriguez/20 Minutes
  • Ce vendredi, a ouvert le Facebook Summer Camp, au parc de la Villette.
  • Des ateliers pédagogiques sont proposés aux visiteurs tous les week-ends jusqu’au 11 août.
  • Les vendredis, eux, sont réservés aux enfants du Secours populaire.

Lorsqu’on arrive au Facebook Summer Camp, au parc de la Villette, l’ambiance y est légère. Un léger fond musical est diffusé, et nous sommes accueillis par des « monos Facebook », aux tee-shirts bleus électriques et floqués au nom de la marque. Certains sont des employés du réseau social, et prennent de leur temps de bureau pour organiser des ateliers.

Le but ? « Faire plus de pédagogie auprès de tous les publics », explique Michelle Gilbert, directrice de la communication de Facebook pour l’Europe du Sud. Et pour cause, plus d’un Français sur deux est inscrit sur le réseau social. Tout au long de cette opération, on devrait donc retrouver parents et enfants dans les différentes « quêtes » : la façon de sécuriser son compte en trois clics ou les astuces pour créer la story la plus pimpante possible sont, entre autres, au programme.

Des temps réservés pour le Secours populaire

Ce vendredi, une trentaine d’adolescents du Secours populaire étaient invités à découvrir le Summer Camp en avant-première. Répartis en plusieurs petits groupes, chacun vogue d’activités en activités : introduction à la programmation informatique, éducation au numérique, jeux autour de l’enquête, le planning est chargé pour ces jeunes, qui s’inquiètent tout de même de ne pas avoir le temps de jouer au football ou de faire une pause goûter dans l’après-midi. Là où il y a le plus d’ambiance, c’est du côté de l’atelier des médias, où les adolescents répondent à un quiz animé par une journaliste. Quel est le nom du premier ministre ? Quelle est l’affiche de la finale de la CAN ? Qu’est-ce que le mouvement #MeToo ? Les ados sont clairement au fait de l’actualité et s’empressent de répondre aux questions pour gagner des cadeaux.

Un peu plus loin, Manon et Antoine accueillent les enfants dans une pièce équipée d’une douzaine d’ordinateurs. Ils sont tous les deux animateurs pour Magic Makers, une structure qui propose des ateliers d’apprentissage de code pour les enfants de 7 à 17 ans. Ce vendredi, les jeunes ont pour mission de recomposer le code d’un jeu vidéo. Aucun souci pour eux, qui ont l’air déjà d’avoir une petite expérience dans le domaine. « Ah mais j’ai déjà utilisé Scratch, je connais », s’exclame l’un d’entre eux, de quoi impressionner les deux experts de la programmation. L’enthousiasme est là, l’attention aussi, autant d’éléments qui leur permettent de compléter leur mission du jour. « J’ai appris le codage, ça me plaît » nous confie Yassine. Lui utilise Facebook au quotidien pour suivre l’actualité et parler foot avec ses amis et est ravi de ces différentes activités. A côté de lui, Dylan partage le même sentiment : « C’est génial, c’est super. On rencontre des gens de Facebook, ça permet de savoir qui sont les gens qui y travaillent. Ce n’est pas seulement un écran virtuel, il y a vraiment des gens qui sont là » s’enthousiasme-t-il.

Les communautés d’entraide au cœur du projet

A l’une des extrémités de ce Summer Camp, on retrouve un food truck sur lequel il est inscrit la mention « Toujours solidaire, jamais solitaire ». C’est le véhicule de Wanted Community, le plus grand groupe d’entraide et de collaboration sociale en France, dont l’histoire débute en 2011. À l’époque, ce n’est qu’un simple groupe de partage de bons plans entre copains. Les choses prennent une tout autre tournure lors des attentats du 13 novembre 2015 : les inscrits proposent un toit pour ceux qui en ont besoin, les survivants demandent à revoir les personnes qui leur ont sauvé la vie. Aujourd’hui, Wanted Community représente 84 groupes à travers le monde, et plus d’un million de membres.

Leur présence à cet événement estival était donc comme une évidence pour les organisateurs. Sur place, Christian Delachet, l’un des cofondateurs du groupe, nous explique le principe de leur food truck. En donnant 1 euro, les visiteurs offrent un « café suspendu » à une personne qui en a besoin. Un concept italien dont ils se sont inspirés pour créer le plat suspendu, pour la somme de 5 euros, et qui est déjà appliqué au Wanted Café de Bordeaux. Situé dans un quartier populaire de la ville, 2 % du chiffre d’affaires de ce café est reversé à une association locale. Un bel exemple de la marche que veut suivre Facebook dans le futur : miser sur les sentiments de communauté et d’entraide pour se démarquer des autres réseaux sociaux.

Facebook Summer Camp, gratuit, jusqu’au 11 août, les vendredi, samedi et dimanche.