Le défi logistique de Jambville, le village qui accueille 20.000 scouts pendant une semaine

JEUNESSE Dans les Yvelines, une commune de 600 habitants se prépare à accueillir un rassemblement de 20.000 Scouts et Guides de France

Clément Rodriguez

— 

Les Scouts et Guides de France investissent Jambville pendant une semaine pour un incroyable rassemblement
Les Scouts et Guides de France investissent Jambville pendant une semaine pour un incroyable rassemblement — HALEY/SIPA
  • Du 22 au 26 juillet, 20.000 scouts seront réunis à Jambville, dans les Yvelines.
  • En quelques jours, 1.000 bénévoles font sortir de terre une ville capable d’accueillir des milliers de personnes.
  • Il s’agit d’un véritable défi pour les organisateurs, qui mettent un point d’honneur à réduire leur empreinte carbone.

Quand un village devient ville en l’espace de 24 heures. Voilà ce qu’il va se passer à partir de ce lundi 22 juillet pour Jambville, située dans les Yvelines, à une quinzaine de kilomètres de Mantes-la-Jolie. C’est ici, dans le Centre National de formation des Scouts et Guides de France, qu’est organisé Connecte !, un programme d’éducation aux médias et au numérique.

Pendant cinq jours, 16.500 jeunes de 11 à 14 ans, 3.500 chefs et cheftaines et 1.500 bénévoles vont vivre ensemble, au grand air. Dans l’esprit scout (toujours), les participants se plongeront dans un jeu de rôle grandeur nature, assisteront à des veillées et feront de nombreux jeux. Toute cette organisation demande d’importants préparatifs, des mois à l’avance.

Des chiffres qui donnent le tournis

Afin de mettre en place des infrastructures capables d’accueillir des dizaines de milliers de personnes, les organisateurs ont commencé à plancher sur la question il y a un an et demi. Des heures et des heures de préparation pour monter une cité mobile en quelques semaines, et qui servira seulement pendant cinq jours. Toutes les commodités d’une ville sont prévues afin de faciliter la vie collective des adolescents et des bénévoles : 432 douches, 315 WC, et 125 urinoirs sont par exemple installés.

Parce qu’un scout fait de nombreuses activités manuelles et de travaux d’intérêt général lors d’un camp, les adolescents n’y manqueront pas non plus lors de ce rassemblement exceptionnel. Bancs, tables, matériel, les jeunes devront se retrousser les manches s’ils veulent un minimum de confort ! « En fait, le scout construit avec du bois et de la ficelle un mobilier de maison éphémère », résume Jérôme Aucordier, directeur du château de Jambville et responsable logistique du rassemblement Connecte !. Pour ce faire, 10.000 perches en bois ont été acheminées sur le site, par le biais de 200 semi-remorques remplis de matériel.

Une ville dans la ville

Ne croyez pas qu’une fois arrivés sur place, les adolescents pourront faire n’importe quoi, s’installer où ils veulent, et profiter tranquillement d’une semaine à la campagne. Tout est calé au millimètre près, « comme dans un département », souligne Jérôme Aucordier. Il y a d’abord la préfecture, « le cœur du réacteur », avec différents services qui se partagent l’organisation. Aidés par la direction, 24 villages sont ensuite dispersés tout autour. « Un village, c’est entre 600 et 1.100 habitants », précise le responsable logistique du rassemblement.

L’évènement se déroule dans la propriété des Scouts et Guides de France, à la disposition de l’organisation depuis plus de 60 ans. Comme dans une ville des plus banales, les domaines d’activité du génie civil sont sollicités : « On va avoir un système des eaux, d’électricité. On adapte ponctuellement les installations pour accueillir ce flux de personnes ». La propriété qui reçoit le rassemblement est donc totalement repensée, notamment dans le but de construire un réseau de sanitaires opérationnel dès le jour J.

Objectif n° 1 : réduire l’empreinte carbone

Si le thème de Connecte ! est principalement l’éducation au numérique, la vie en pleine nature est aussi l’occasion de créer une cité temporaire mais durable. Alors que chaque Français produit en moyenne 1 kg de déchets au quotidien, le but fixé par l’organisation pour cette semaine exceptionnelle est de 500 grammes de détritus par personne. Pour cela, cinq marchés éphémères « qui permettent aux jeunes de récupérer des aliments en vrac » vont être installés.

Lorsqu’ils seront en vadrouille, les adolescents mangeront local et principalement bio et, lorsqu’ils feront leurs courses, ils utiliseront des bocaux et des sachets réutilisables. « L’idée, c’est aussi d’éduquer les enfants à manger autrement, explique Jérôme Aucordier. Il n’y a rien de tel qu’un événement comme celui-ci, parce qu’on accueille des enfants de toute la France, pour avoir un impact fort sur des pratiques ».

Les bénévoles, éléments indispensables au bon fonctionnement

Quand 20.000 personnes débarquent dans un village, tous les risques doivent être pris en compte. C’est pour cela qu’un véritable hôpital de campagne sera installé afin de répondre aux potentiels besoins urgents. À l’intérieur, 14 infirmières, 12 médecins et 50 secouristes seront sur le pied de guerre en cas de pépin. Tout ce petit monde sera encadré par un autre bénévole, chef des urgences d’un hôpital au quotidien. De manière générale, « l’ensemble des bénévoles sont des gens du métier qu’ils exercent bénévolement pendant leurs vacances ». Ce sont donc pendant leurs congés que les bénévoles continueront d’exercer leur profession, afin que le rassemblement se déroule au mieux.

Construction de l’hôpital, d’un podium, mise en place de l’eau et de l’électricité, installation des sanitaires, tout ceci est mis en place par les 1.000 bénévoles qui se rendent sur place pendant deux semaines. Autant de bras qui sont nécessaires pour faire sortir une ville de terre en quelques jours.