Paris: Un dispositif de police renforcé sur les Champs-Elysées en vue de la finale de la CAN

SÉCURITÉ 2.500 policiers et gendarmes sont mobilisés aux abords des Champs-Elysées en vue de la finale de la CAN lors de laquelle l’équipe d’Algérie affronte celle du Sénégal

Caroline Politi

— 

Un dispositif spécifique a été déployé ce vendredi sur les Champs-Elysées.
Un dispositif spécifique a été déployé ce vendredi sur les Champs-Elysées. — Bastien Louvet/SIPA
  • Des débordements ont été enregistrés sur les Champs-Elysées, principalement après la qualification en demi-finale.
  • 2.500 policiers et gendarmes ont été mobilisés ce vendredi.
  • La préfecture compte également s’appuyer sur la vidéoverbalisation.

« Encadrer les supporters pour que cette manifestation de joie reste une manifestation de joie. » Tel est le mot d’ordre du préfet de police de Paris, Didier Lallement, alors que se tient ce vendredi soir la finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) entre le Sénégal et l’Algérie. 2.500 policiers et gendarmes ainsi que 300 sapeurs-pompiers seront mobilisés aux abords des Champs-Elysées pour éviter tout débordement en marge du match.

Le dispositif est calqué sur celui du 14 juillet, « une réussite », selon le préfet de police. Ce soir-là la qualification de l’Algérie avait certes été marquée par quelques débordements – notamment huit feux de poubelles ou deux incendies de sanisettes – mais « rien de particulièrement significatif », a précisé Didier Lallement. Rien en tout cas de comparable aux difficultés qui ont suivi la qualification en demi-finale de l’équipe d’Algérie, trois jours auparavant. Ce soir-là, seuls 650 policiers et gendarmes avaient été mobilisés. Plusieurs commerces avaient été dégradés aux abords des Champs-Elysées, notamment une concession de moto dans laquelle une dizaine de véhicules ont été dérobés.

Une utilisation accrue de la vidéoverbalisation

Pour parer à d’éventuels débordements ce vendredi soir, un dispositif de protection des façades de bâtiments et de commerces sera mis en place entre la Concorde et la Porte Maillot. Pas question en revanche d’interdire l’accès aux Champs-Elysées comme le réclamait la maire LR du 8e arrondissement, Jeanne d’Hauteserre, ou de créer des fan-zones. « Une fan-zone n’empêcherait pas les supporters de venir sur les Champs-Elysées, assure le préfet de police. Les difficultés ne sont pas pendant le match mais après. » Des unités de sécurisation supplémentaires seront également déployées dans les quartiers dans lesquels d’importants rassemblements pourraient avoir lieu, notamment à Barbès ou en Seine-Saint-Denis.

Comme lors du 14-Juillet, la préfecture compte également s’appuyer sur la vidéoverbalisation. Lorsqu’un motard est repéré en train de faire du « wheeling » – il lève sa roue avant – ou que des supporters montent sur le toit de voitures en marche, les policiers n’interviennent pas dans la foule au risque de créer des crispations mais des amendes sont envoyées à leurs auteurs. Le soir de la qualification en finale, 202 PV ont été dressés par la préfecture de police. « Ils ne devraient pas tarder à arriver », prévient Didier Lallement.