Yvelines: Un maire démissionnaire visé par deux plaintes pour harcèlement sexuel

SOCIETE L'enquête est en cours et a été confiée au commissariat de Versailles

20 Minutes avec AFP

— 

La balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration)
La balance de Thémis, symbole de la Justice. (Illustration) — Superstock/Sipa

Visé par une enquête pour harcèlement sexuel après la plainte de deux femmes, a indiqué mercredi le parquet de Versailles, l'ancien maire de Villepreux (Yvelines) Stéphane Mirambeau (LREM) a présenté sa démission dimanche.

L’ancien élu a publié un long post dimanche sur sa page Facebook dans lequel il expliquait démissionner en raison d'« un burn-out larvé depuis plusieurs années ».

L’enquête confiée au commissariat de Versailles

Il est visé par deux plaintes émanant de deux femmes « âgées de 30 et 38 ans », selon le parquet. « Les faits dénoncés sont des propos à connotation sexuelle adressés via Messenger », la messagerie instantanée de Facebook, a précisé une source judiciaire.

Les faits ont été « commis sur plusieurs mois courant 2018 pour l’une et courant 2019 pour l’autre », a ajouté la même source. L’enquête est en cours et a été confiée au commissariat de Versailles. Contactée, la mairie n’était pas joignable dans l’immédiat.

Dans sa publication Facebook, l’ex-maire expliquait que « les responsabilités portées sur (ses) épaules » et « des blessures encore ouvertes dans (sa) vie privée » l’ont conduit à « tomber malheureusement dans certains excès ».

En retrait « pendant plusieurs mois »

Ces éléments « ont été également la cause de négligence à certains moments concernant la posture qu’un élu, et notamment qu’un maire, doit conserver en toute circonstance », a écrit Stéphane Mirambeau.

L’ancien élu a ensuite présenté ses excuses « les plus sincères à celles et ceux qui se seraient sentis blessés ou offensés par certains de mes écrits », sans apporter plus de précisions.

Stéphane Mirambeau a donc décidé de se mettre en retrait « pendant plusieurs mois, pour raisons médicales » tout en assurant qu’il allait « suivre le traitement nécessaire afin d’aller mieux au plus tôt ».

Stéphane Mirambeau était depuis 2008 maire de Villepreux​, une commune de 10.000 habitants à 30 km à l’ouest de Paris. Ancien élu LR, il a ensuite quitté les rangs du parti pour adopter l’étiquette divers droite avant de rejoindre La République en marche.

Son premier adjoint Thierry Essling a été désigné pour prendre sa succession à la tête de la mairie de Villepreux.