Municipales 2020: Face à Griveaux et la droite, les communistes activent une «cellule de riposte»

POLITIQUE Les communistes parisiens emmenés par Ian Brossat ont présenté ce jeudi leurs actions et calendrier de campagne pour les municipales de 2020

Romain Lescurieux

— 

Ian Brossat, en mai 2019
Ian Brossat, en mai 2019 — SIPA PRESS
  • Au lendemain de la désignation de Benjamin Grivaux, le groupe PCF a présenté son plan d'action.
  • Les communistes se sont présentés « unis, rassemblés et efficaces ».

Le PCF en ordre de bataille contre LREM et la droite. « Emmanuel Macron veut prendre Paris. Nous devons garder Paris à gauche », lance Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe PCF au Conseil de Paris. Ce jeudi, lors d’une conférence de presse près de l’Hôtel de ville, les communistes parisiens emmenés par Ian Brossat, ont présenté leurs actions et calendrier de campagne pour les municipales de 2020. Et ce, au lendemain de la désignation de Benjamin Griveaux comme candidat pour LREM

« Cellule de riposte »

« La désignation de Benjamin Griveaux clarifie les choses. Les dés étaient pipés dès le départ. C’est Emmanuel Macron qui a décidé de son représentant aux élections municipales à Paris. Son objectif est de faire du maire de Paris un simple relais de la politique nationale », déplore Ian Brossat, adjoint au Logement d’Anne Hidalgo et chef de file du PCF. « Le clivage droite/gauche est réactivé », ajoute-t-il. Le combat est donc déclaré.

Dans cette « coordination collective de campagne » du PCF, Hélène Bidard, actuelle adjointe à la maire de Paris chargée de l’égalité femmes-hommes, va ainsi piloter une « cellule de riposte » à la campagne de LREM et de la droite. « Dès aujourd’hui, on va beaucoup regarder ce qui se fait, dans le détail. Notamment sur le fond, sur ce qui est proposé mais aussi sur la forme. Enfin, on va étudier la crédibilité en termes de gestion. C’est important que ce qui va être lancé dans la campagne soit tenable financièrement ou pas », détaille Hélène Bidard. Objectif: faire « gagner la gauche ».

« Nous voulons que la gauche gagne »

« Leur projet est de transformer Paris en place financière et la réserver aux plus riches. Notre projet est à l’extrême opposé. Pour l’instant, Benjamin Griveaux avance masqué, il a fait peu de propositions mais nous sommes convaincus que s’il arrivait à ses fins ce serait un désastre pour les catégories populaires », note Igor Zamichiei, patron de la fédération communiste de Paris.

Lors de cette conférence, les communistes se sont présentés « unis, rassemblés et efficaces », sourit Nicolas Bonnet. Actuellement, les communistes ont rencontré le groupe Générations et le PS pour évoquer la stratégie du 1er tour. « Nous voulons que la gauche gagne, ce qui est possible à deux conditions : qu’elle soit rassemblée, et que le contenu du projet soit renouvelé », a estimé Ian Brossat. Concernant la première condition, les communistes se prononceront en octobre sur l’opportunité d’une alliance dès le premier tour avec le PS.