Paris: Où en est-on de l’accessibilité des transports en commun dans la capitale?

TRANSPORTS La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a inauguré ce mardi matin, à Paris, le dispositif d’accessibilité de la gare Luxembourg sur le RER B

Romain Lescurieux

— 

Un fauteuil roulant. La problématique d'accessibilité et de handicap.
Un fauteuil roulant. La problématique d'accessibilité et de handicap. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Ascenseur, interphones munis de balises, passages élargis au niveau des appareils de contrôle, déploiement des nouveaux interphones, agents formés… La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a inauguré ce mardi matin le dispositif d’accessibilité de la gare Luxembourg , dans le 5e arrondissement de Paris, sur le RER B.

La présidente de la région Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités s’est félicité que « 100 % des gares parisiennes des RER A et B exploitées par la RATP soient désormais accessibles aux personnes à mobilité réduite ». « On fait beaucoup de choses », a réagi de son côté Catherine Guillouard, la présidente de la RATP, auprès de la presse.

 

« Cette étape symbolique, que nous franchissons aujourd’hui avec la mise en accessibilité de la gare Luxembourg, est le fruit d’un travail d’équipe avec les associations, la région Ile-de-France et Ile-de-France Mobilités, aux côtés du secrétariat d’Etat chargé des Personnes handicapées. Elle témoigne d’une forte mobilisation aussi bien en ce qui concerne l’adaptation des infrastructures que la formation des personnels », selon la présidente de la RATP. Mais où en est-on de l’accessibilité des transports en commun – notamment du métro – dans la capitale, à l’approche des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 ?

Le métro en retard

« L’accessibilité des transports en commun progresse et il faut garder le rythme. Ainsi dans 5 ans, 60 % du réseau ferré [métro, train, RER et tramway] sera accessible, soit 639 gares et stations sur 1.065 », assure Valérie Pécresse. Actuellement, sur les 65 gares de RER exploitées par la RATP, une seule reste inaccessible aux handicapés : celle de La Croix de Berny, à Antony (Hauts-de-Seine), sur le RER B. Sa mise en accessibilité est prévue pour 2021. « Le dernier sujet qui nous préoccupe, c’est le métro », a reconnu Valérie Pécresse. Seules les 9 stations de métro de la ligne 14 sur les 303 du réseau francilien sont accessibles aux PMR. Soit seulement 3 % du réseau du métro parisien qui est accessible aux personnes handicapées.

« Il faut profiter des Jeux olympiques de 2024 pour lancer dès maintenant un plan de mise en accessibilité des transports parisiens en général et du métro en particulier », plaidait en septembre dernier auprès de l’AFP, Alain Rochon, le président de l’APF France handicap. Ce mardi, Valérie Pécresse a appelé l’Etat à « faire changer la législation française, qui exige que toutes les stations d’une ligne soient accessibles pour que ladite ligne puisse être qualifiée d’accessible ».

Lancement d’une étude de faisabilité

Ainsi, la présidente a demandé à la RATP de lancer les études pour rendre « tout ou partie de la ligne 6 accessible » et d’étudier la faisabilité de la mise en accessibilité de l’ensemble du réseau de métro. « Mais nous aurons besoin de l’Etat à nos côtés pour assouplir la réglementation qui nous oblige à rendre accessible toutes les stations d’une ligne. Avec un métro plus que centenaire, certaines stations sont en effet simplement impossibles à rendre accessible et il faudrait par ailleurs à minima 5 milliards d’euros pour rendre accessibles les autres », commente-t-elle.

Selon elle, « la région et Ile-de-France Mobilités contribuent massivement à la mise en accessibilité du réseau de transport en commun francilien dans le cadre d’un plan ambitieux de 1,4 milliard d’euros. J’attends que l’Etat et la ville de Paris contribuent également à la même hauteur ».