La ville de Paris sous un nuage de pollution le 6 août 2018.
La ville de Paris sous un nuage de pollution le 6 août 2018. — GERARD JULIEN / AFP

SOCIETE

La ville de Paris se déclare en «état d'urgence climatique»

Dans son voeu, la mairie de Paris a décidé la création d'une «Académie du climat»

La Ville de Paris s'est déclarée en «état d'urgence climatique», comme de nombreuses villes mondiales ou plus récemment les Parlements du Royaume-Uni et d'Irlande, et lancé une «Académie du climat» à destination des jeunes, après un vote ce mardi en conseil de Paris.

«Tenir les objectifs de l'accord de Paris»

Il faut «tenir les objectifs de l'accord de Paris» adopté en décembre 2015, a plaidé l'adjointe chargée de l'Environnement à la maire de Paris, Célia Blauel, avant d'ajouter que «Paris, à l'instar de nombreuses villes, déclare l'urgence climatique».

Dans son voeu, la mairie de Paris a décidé la création d'une «Académie du climat» qui a pour ambition d'«offrir aux jeunes et volontaires du climat, un lieu participatif et éducatif, gratuit» et ainsi, former et sensibiliser ce public aux sujets environnementaux tout au long de leur scolarité, ou encore permettre l'«élaboration de projets environnementaux».

Création d'un «Giec Paris»

Au cours de la séance, la Ville de Paris a adopté la création d'un «Giec Paris» qui réunira des experts (climatologues, urbanistes, sociologues...), qui pourront être consultés et prendre «une place constante dans la mise en oeuvre des politiques climat», a ajouté Célia Blauel. 

A quelques mois des élections municipales, la maire PS de Paris Anne Hidalgo et son entourage n'ont de cesse de multiplier les projets écologiques : après la piétonnisation des voies sur berges, la mairie de Paris a entre autres multiplié les projets en faveur d'une végétalisation tous azimuts des rues et places de la capitale, annoncé la création de «forêts urbaines» en pleine ville pour lutter contre le réchauffement climatique et les effets de la pollution.

A l'issue du grand débat national, le président de la République avait répété le constat «d'état d'urgence climatique» et annoncé fin avril la création d'un «Conseil de défense écologique».