Paris: Plusieurs centaines de Vélib' volés ou privatisés par semaine

TRANSPORTS Smovengo, l'entreprise chargée de faire fonctionner les Vélib de la capitale depuis 18 mois, s'active pour augmenter la capacité de vélos à Paris et pour lutter contre le vandalisme, puisque plusieurs centaines sont volées chaque semaine

Camille Tyrou

— 

Smovengo, l'entreprise en charge des Vélib à Paris depuis 18 mois, estime que 600 à 1.000 vélos sont volés ou privatisés chaque semaine et que 60% des dégradations sur les bicyclettes sont liées au vandalisme.
Smovengo, l'entreprise en charge des Vélib à Paris depuis 18 mois, estime que 600 à 1.000 vélos sont volés ou privatisés chaque semaine et que 60% des dégradations sur les bicyclettes sont liées au vandalisme. — Clément Follain / 20 Minutes
  • 60% des dégradations sur les Velib' sont liés au vandalisme.
  • Smovengo, l’entreprise chargée de faire fonctionner les Vélib' depuis 18 mois dans la capitale, s’active pour réinjecter davantage de vélos.
  • L'entreprise estime que « 600 à 1.000 vélos sont volés ou privatisés par semaine. »

60 % des dégradations sur les Vélib' sont liées au vandalisme, apprend-on dans Le Parisien. Très utilisés en Ile-de-France, pas moins de 12.000 vélos sont aujourd’hui en circulation et disponibles en libre-service dans quelque 1.300 stations dont 967 à Paris. Un nombre encore insuffisant pour la maire de la ville, Anne Hidalgo. « Le nombre de Vélib' est insuffisant. Le nombre d’abonnés (186.500) lui, ne cesse de croître. 6.000 vélos doivent encore arriver d’ici la fin de l’année », détaille-t-elle au JDD.

Smovengo, l’entreprise chargée de faire fonctionner les Vélib' depuis 18 mois dans la capitale, s’active donc pour réinjecter davantage de vélos, notamment grâce à une nouvelle organisation et des recrutements. Mais la société fait face aux actes de vandalisme quotidiennement : des roues tordues, des câbles arrachés, des feux arrière cassés, des vélos repeints, brûlés ou jetés dans la Seine sont devenus monnaie courante. « Normalement, on compte trois à quatre réparations par vélos. Désormais, on est à huit ou neuf », précise Pierre Heyraud, directeur des opérations pour Smovengo. Quatre cents employés travaillent jour et nuit pour réparer plus de 700 bicyclettes par jour. Prochain objectif : atteindre la barre des 850.

Smovengo estime que « 600 à 1.000 vélos sont volés ou privatisés par semaine ». Si elle arrive à en retrouver une bonne partie, grâce à des maraudes effectuées par des équipes sur le terrain, ce sont 100 à 300 bicyclettes qui disparaissent chaque semaine.