Trottinettes électriques à Paris: La moitié des opérateurs suspendent leur service

TRANSPORT Début juin, Anne Hidalgo avait fait part de son intention de réduire à deux ou trois le nombre d'opérateurs de trottinettes électriques

C.P.

— 

Six opérateurs de trottinettes électrique ont mis la clé sous la porte
Six opérateurs de trottinettes électrique ont mis la clé sous la porte — Francois Mori/AP/SIPA

Elles sont devenues un sujet incontournable de la prochaine campagne des municipales. Pratiques, écolo ou dangereuses et envahissantes, les trottinettes ne laissent personne indifférent. Mais quelques mois après leur arrivée dans la capitale, six des 12  opérateurs de trottinettes électriques en free floating ont décidé de se retirer, rapportait mardi Le Journal du Net. Bolt, Wind, Hive, Ufo, Tier et Voi évoquent pour la plupart un départ momentané sans pour autant donner de date précise de retour sur le marché.

Certains opérateurs déplorent également les dégradations fréquentes du matériel mis à disposition. « Cette décision est motivée par la profusion d’acteurs présents sur le marché – il y a aujourd’hui trop de trottinettes en service proportionnellement à leur taux d’utilisation – et par des coûts de maintenance conséquents pour pallier les dysfonctionnements et actes malveillants (dégradations, vols) subis », confie notamment la marque Bolt au quotidien Les Echos.

Régulation du marché

Début juin, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé son intention de limiter à « deux ou trois le nombre d’opérateurs » de trottinettes présents à Paris, grâce à un appel d’offre. Si aucune date n’a été arrêtée, plusieurs mesures visant à réguler l’expansion de ce mode de transport très à la mode sont entrées en vigueur le 1er juillet : réduction des flottes, engin bridé à 20km/h, interdiction de stationner sur les trottoirs ou de circuler dans les parcs.