Ile-de-France: Paris se place au deuxième rang mondial en matière d'investissements étrangers

ECONOMIE La capitale se situe devant Barcelone et Dublin, deux villes pourtant considérées comme de sérieuses concurrentes de Paris dans ce domaine

J.D.

— 

L'Europe est la première destination en terme d'investissements internationaux avec 43% des parts dans ce domaine.
L'Europe est la première destination en terme d'investissements internationaux avec 43% des parts dans ce domaine. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Paris est la deuxième ville mondiale derrière Londres à accueillir des investissements étrangers, selon l'étude Global Cities Investment publiée ce mardi par le cabinet d'audit KPMG.
  • Paris est également première en termes d’investissements en recherche et développement, toujours selon cette étude.
  • La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse se félicite de cette attractivité, espérant des conséquences positives en termes d’emploi.

Bonne nouvelle pour l'économie hexagonale. Paris passe au deuxième rang mondial des investissements internationaux en 2018, selon l'étude Global Cities Investment Monitor du cabinet KPMG, dévoilée ce mardi par Les Echos.Elle se place devant plusieurs grandes métropoles comme Singapour, Dubaï, New York ou encore Shanghaï.

La France profite du Brexit

Avec plus de 400 investissements étrangers enregistrés en 2018, la France se situe nettement devant la plupart de ses voisins européens, juste derrière Londres. Barcelone suit Paris avec seulement 215 investissements, viennent ensuite Dublin et Madrid. 

Comment expliquer un tel succès ? Pour le directeur général de Paris Région Entreprises, la France profiterait de l’avenir toujours incertain du Royaume-Uni. « Dans le contexte du Brexit, l' Ile-de-France est de loin la première région en Europe continentale en tant que terre d’accueil des investissements internationaux », explique aux Echos Lionel Grotto.

Une première place en recherche et développement

Autre réussite, Paris est première en termes d’investissements en recherche et développement. L’Hexagone suit une ascension fulgurante, avec une augmentation de 34 % du nombre de ses projets entre 2017 et 2018. Un domaine particulièrement « stratégique », selon Lionel Grotto. Ces investissements concernent notamment le développement de logiciels, de télécommunications ou de constructeurs automobiles.

« Cette étude est une triple reconnaissance, celle de l’attractivité de la région Ile-de-France en général, celle de sa capacité à s’être imposée dans la compétition post-Brexit et celle de la reconnaissance industrielle de notre région », s’est félicitée Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, auprès des Echos, espérant des conséquences positives au niveau de l'emploi.

L’Europe reste la première région mondiale en termes d’investissements étrangers avec 43 % des investissements.