Agression de trois juifs dans le 19e: cinq jeunes déférés devant le Parquet

JUSTICE Une information judiciaire a été ouverte à leur encontre...

Avec agence

— 

Cinq jeunes, soupçonnés d'avoir agressé trois jeunes juifs le 6 septembre dans le XIXe arrondissement de Paris, devaient être déférés mercredi devant le parquet de Paris qui a ouvert une information judiciaire à leur encontre, a-t-on appris de source judiciaire.
Cinq jeunes, soupçonnés d'avoir agressé trois jeunes juifs le 6 septembre dans le XIXe arrondissement de Paris, devaient être déférés mercredi devant le parquet de Paris qui a ouvert une information judiciaire à leur encontre, a-t-on appris de source judiciaire. — Miguel Medina AFP

Cinq jeunes, soupçonnés d'avoir agressé trois jeunes juifs le 6 septembre dans le 19e arrondissement de Paris, devaient être déférés ce mercredi devant le parquet de Paris qui a ouvert une information judiciaire à leur encontre, a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

L'information judiciaire vise le chef de «violences volontaires en réunion ayant entraîné un incapacité totale de travail n'excédant pas huit jours». Originaires du quartier, les cinq jeunes, âgés de 16 ans à 23 ans, seront ensuite présentés à un juge d'instruction en vue de leur éventuelle mise en examen. Une sixième personne placée en garde à vue a été libérée mardi soir.

Le mobile antisémite abandonné

Le parquet a requis leur placement sous contrôle judiciaire, a ajouté cette source selon laquelle le mobile antisémite, envisagé dans un premier temps, avait été abandonné.

Dans un contexte marqué par des tensions dans le quartier après l'agression à caractère antisémite en juin de Ruddy Haddad, 17 ans, les autorités avaient dans un premier temps mis en avant la possibilité d'une agression antisémite dont la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë. Mardi, Le Syndicat national des officiers de police (Snop, majoritaire) a affirmé que cette agression n'était «pas antisémite».