Paris: Stationnement, diminution de la vitesse et des opérateurs… Hidalgo s’attaque aux trottinettes

TRANSPORTS La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé un arsenal de mesures pour «en finir avec l’anarchie» des trottinettes déployées dans la capitale, il y a maintenant un an

Romain Lescurieux

— 

Anne Hidalgo et Emmanuel Grégoire, ce jeudi 6 juin 2019
Anne Hidalgo et Emmanuel Grégoire, ce jeudi 6 juin 2019 — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • Le nombre de trottinettes pourrait rapidement atteindre 40.000 à Paris.
  • Anne Hidalgo prévoit une interdiction de stationnement sur les trottoirs.
  • La vitesse des trottinettes pourraient être réduite.

« En finir avec l’anarchie ». Après la signature d’une « charte de bonne conduite » et des menaces d’interdiction provisoire, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé ce jeudi un arsenal de mesures visant à mettre fin aux dérives constatées » des trottinettes électriques. « Il faut de l’ordre et de la régulation pour assurer la sécurité routière et pacifier les rues et les trottoirs de notre ville », affirme-t-elle. Et de préciser : « Chaque semaine est marquée par un fait divers. Ce n’est plus possible ».

Interdiction de stationnement sur les trottoirs, de rouler dans les parcs et jardins, réduction de la vitesse, du nombre d’engins et d’opérateurs… 20 Minutes fait le point sur ces annonces qui seront mises en vigueur début juillet alors que ce mode de transport est coincé dans un flou juridique et une absence de réglementation

Stationnement des trottinettes

Dès ce vendredi, Anne Hidalgo va proposer au Préfet de police de signer avec la mairie un arrêté interdisant le stationnement des trottinettes sur tous les trottoirs de la capitale. Les trottinettes « devront stationner sur les places de stationnement situées sur la chaussée et déjà utilisées par les voitures et les deux-roues motorisés », a annoncé la maire de Paris. Elles seront également interdites dans les parcs et jardins.

Réduction de la vitesse des engins

« C’est un véritable problème », lance-t-elle. Alors qu’aujourd’hui, les trottinettes roulent à 25 km/h, les opérateurs vont devoir brider leurs engins. L’édile a en effet proposé aux opérateurs de brider leur vitesse à 20 km/h dans toute la capitale, voire 8 km/h sur les zones et aires piétonnes. Enfin, « le port du casque » sera recommandé, ajoute Anne Hidalgo. Bien qu’aucun décompte officiel n’existe pour le moment, plusieurs accidents récents impliquant des trottinettes et des piétons à Paris  ont défrayé la chronique. Un « observatoire de la sécurité routière, associant la Préfecture de Police et l’AP-HP » pour mesurer l’accidentologie devrait être prochainement mis en place.

Réduction des flottes

Si les actuels opérateurs du marché gèrent aujourd’hui entre 15.000 et 20.000 trottinettes, le chiffre pourrait atteindre prochainement les 40.000. « Un chiffre inenvisageable », réagit la maire de Paris. « Il y en a déjà trop. Je demande aux opérateurs de réduire leur flotte », insiste Anne Hidalgo. Et ce, jusqu’à l’adoption du projet de la  loi d'orientation sur les mobilités – actuellement en discussion à l’Assemblée nationale – qui doit créer le cadre légal « dont nous avons besoin et que nous attendons ». En attendant son adoption, Anne Hidalgo a demandé aux opérateurs de « ne pas augmenter leur flotte ».

Réduction du nombre d’opérateurs

Une fois que la loi aura été publiée, la mairie lancera un appel d’offres pour limiter le nombre d’opérateurs. Selon l’hôtel de ville, Paris en compte aujourd’hui douze. « Nous limiterons à deux ou trois opérateurs pouvant être habilités à gérer et exploiter un service de trottinettes électriques », assure-t-elle.