Municipales 2020 à Paris: Griveaux refuse la proposition d'alliance de Goasguen

MUNICIPALES A PARIS Claude Goasguen, ancien maire du XVIe arrondissement de Paris, s’était dit favorable vendredi à une alliance entre son parti et la République en marche en vue des municipales de 2020 dans l’objectif de « battre Anne Hidalgo »

N.Sa avec AFP

— 

Benjamin Griveaux, candidat à l'investiture En marche aux municipales à Paris en 2020.
Benjamin Griveaux, candidat à l'investiture En marche aux municipales à Paris en 2020. — Blondet Eliot-POOL/SIPA

Benjamin Griveaux, candidat à l’investiture En marche aux municipales à Paris en 2020 refuse, dans un entretien au Parisien, la proposition d’alliance du député LR Claude Goasguen pour battre l’actuelle maire socialiste de Paris Anne Hidalgo.

« Non merci ! », a répondu Benjamin Griveaux. « On ne construit pas un projet contre quelqu’un ou sur des haines recuites. Claude Goasguen, ou Philippe Goujon, défendaient les couleurs de François-Xavier Bellamy haut et fort. Quatre jours après, ils veulent faire alliance avec nous pour garder des postes. Ils n’ont rien compris de ce qu’attendent les Parisiens ! », estime-t-il.

« Je veux en finir avec les étiquettes »

Jugeant qu'« il faut en finir avec la gestion clanique de Paris », il dit ne pas croire « aux grandes alliances globales. Au sein du PS, ou chez LR, les gens ne pensent plus du tout la même chose. Je veux en finir avec les étiquettes ». Interrogé sur les élus LR avec qui il pourrait travailler, il précise échanger « depuis un an avec Delphine Bürkli, la maire du IXe, notamment sur l’importance des maires d’arrondissement. Il y a aussi des conseillers de Paris. Eric Azière, le président du groupe UDI, est prêt à s’engager en travaillant dès maintenant à mes côtés ».

« On travaille également avec des gens issus de la gauche, de l’écologie », assure-t-il, mais « ils ont peur des représailles, donc je ne vais pas donner leurs noms ». Les écologistes sont « protéiformes », dit Benjamin Griveaux, qui assure pouvoir travailler avec eux : « Si c’est la ligne d’une écologie positive défendue par Yannick Jadot, évidemment. Mais si c’est une approche punitive et dure, non ».

LREM designera son candidat avant l’été

Il rappelle que LREM doit désigner son candidat pour Paris « avant l’été ». « Ceux qui souhaitent attendre mettent en marche la machine à diviser. C’est une bataille difficile. On ne la prépare pas quelques semaines avant la fin de l’année », ajoute-t-il.

Quatre marcheurs sont déjà sur les rangs pour cette investiture : Anne Lebreton, Cédric Villani, Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux, et un cinquième, Hugues Renson, doit annoncer sa décision prochainement.