Paris: Après les trottinettes, des bâtons sauteurs dans les rues de la capitale?

SOCIETE Après les vélos, les scooters et les trottinettes électriques en libre-service, ou encore les hoverboards, les rues de Paris pourraient voir prochainement arriver les bâtons sauteurs

Romain Lescurieux

— 

Deux personnes avec des bâtons sauteurs
Deux personnes avec des bâtons sauteurs — Cangoroo
  • Dès cet été, la société suédoise Cangaroo lance son service de bâtons sauteurs en libre-service à Malmö et Stockholm avec une flotte d’une centaine d’engins.
  • Une blague ? Un canular ? Contactée par 20 Minutes, la société dit être très sérieuse.
  • « Si tout se passe bien, nous pourrions déployer nos bâtons sauteurs à Paris en septembre », annonce Adam Mikkelsen.

Il n’y a plus de règles, plus d’arbitre. Paris semble être en passe de devenir un «octogone» en matière de free-floating. Après le déploiement massif et anarchique des trottinettes électriques dans les rues et sur les trottoirs – un dossier qui donne du fil à retordre à la mairie de Paris – la capitale pourrait accueillir prochainement le bâton sauteur. Oui oui. Ce n’est pas une blague, une fake news, ni une vraie-fausse annonce d’une association qui dénoncerait in fine les limites des engins en libre-service dans les métropoles gangrenées par la start-up nation. Non Non.

« Si tout se passe bien, nous pourrions déployer nos bâtons sauteurs à Paris en septembre », annonce très sérieusement auprès de 20 Minutes, Adam Mikkelsen, co-fondateur de Cangoroo qui affiche fièrement sur son site Internet des slogans comme « saute dans le futur ». Ou encore « ceux qui ne sauteront pas, ne s’envoleront jamais ». Mais pourquoi ?

Coup de pub viral ?

Dès cet été, la société suédoise lance son service à Malmö et Stockholm avec une flotte d’une centaine d’engins. Puis cap sur San Francisco. « Après avoir constaté le succès des trottinettes électriques (Bird, Lime, VOI, etc.) et des scooters partagés, nous avons vu une opportunité et nous nous sommes dit : « Pourquoi pas le bâton sauteur ? », note Adam. Lui et l’autre fondateur, Eric Calderon, disent avoir eu l’idée en ressortant du placard cet engin avec lequel ils se sont amusés plus jeunes.

Ce premier déploiement servira donc de test pour Cangoroo qui veut offrir une solution de transport pour « les derniers kilomètres ». La compagnie met également en avant l’aspect bénéfique pour la santé de ses utilisateurs mais aussi pour l’avenir de la planète. « Selon nous, sauter sur un bâton est amusant et permet de brûler beaucoup de calories. De plus, la durée de vie d’un bâton sauteur est beaucoup plus longue qu’une trottinette électrique. Et nous n’utilisons pas de batteries au lithium », affirme Adam Mikkelsen, qui revendique de solides bases en marketing.

D’ailleurs, la start-up appartient à la compagnie ODD (rien à voir avec PNL). Cette société est spécialisée dans les coups de pub viraux, comme le note Numerama. Mais encore une fois Adam Mikkelsen affirme qu’il s’agit d’un vrai projet et qu’il est très sérieux.

« Une façon amusante d’arriver en réunion »

Côté tarif, la société a fixé le déblocage de l’engin pour l’équivalent d’un dollar, puis 30 cents la minute. « Bien sûr, nous n’imaginons pas les gens utiliser les bâtons pour parcourir de longues distances, mais comme une alternative amusante et saine. Ou encore une façon amusante d’arriver en réunion », note Adam Mikkelsen, qui vise désormais un atterrissage à Paris pour « un public de Millennials ». Mais la capitale est-elle prête ? A en croire les premières réactions sur les réseaux sociaux, c’est compliqué. Les internautes oscillent entre ironie et agacement. Mais le cofondateur de Cangaroo est confiant. « Nous aimons vraiment Paris et avons reçu beaucoup de bons retours et d’amour de la part des Parisiens », conclut-il.

Pour l’heure, la mairie de Paris continue de mener un bras de fer avec les opérateurs de trottinettes électriques. Une charte de « bonne conduite » a notamment été signée. Mais si les opérateurs ne trouvent pas une solution au « bordel généralisé », comme l’a décrit Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’urbanisme, la ville pourrait aller jusqu’à interdire les trottinettes provisoirement. Dernier coup d’éclat : Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement (PS), a décidé de mener des opérations d’enlèvement et de conduite à la fourrière des trottinettes mal garées sur les trottoirs.

A la suite de notre article, Emmanuel Grégoire, le premier adjoint d’Anne Hidalgo, a réagi sur Twitter​ en affirmant que la Ville de Paris ne voulait pas de bâtons sauteurs sur ces trottoirs. « Ils iront direct à la poubelle », menace l’élu.

 

20 secondes de contexte

L'interview d'Adam Mikkelsen, co-fondateur de Cangoroo, a été réalisée par mail.