Paris: Le maire du 13e envoie les trottinettes à la fourrière, les opérateurs réagissent

SOCIETE Comment réagissent les opérateurs alors qu'une «charte de bonne conduite» a été signée avec la mairie de Paris et le maire du 13e a décidé d'envoyer les engins mal garés à la fourière? 

Romain Lescurieux

— 

Un homme fait de la trottinette à Paris.
Un homme fait de la trottinette à Paris. — FRANCOIS GUILLOT / AFP
  • « VOI a mis en place de nouveaux moyens pour réduire le nombre d’incidents lié aux trottinettes mal garées », explique son directeur général à «20 Minutes».
  • Les opérateurs semblent prendre le problème à bras-le-corps. Pourtant, sur le terrain, la situation est loin d’être réglée.
  • Le mairie du 13e va poursuivre ses opérations d'enlèvement.

« Regardez-moi bien dans les yeux. Les trottinettes électriques mal garées sur les trottoirs, c’est terminé. Régulièrement, nous organiserons des opérations d’enlèvement et de conduite systématique à la fourrière », lancait Jérôme Coumet, maire du 13e arrondissement, dans une vidéo postée ce vendredi sur Twitter, adressée aux opérateurs de trottinettes électriques.

« Je ne vais pas la jouer Al Pacino à chaque fois, mais je veux rappeler les règles car il y a un je-m’en-foutisme permanent. Les opérateurs doivent prendre leurs responsabilités. Ils ne peuvent plus faire n’importe quoi car nous ne laisserons pas faire », a-t-il expliqué à 20 Minutes. Comment réagissent les opérateurs alors qu’une « charte de bonne conduite » a été signée avec la mairie de Paris ?

« De nouveaux moyens pour réduire le nombre d’incidents »

Contacté par 20 Minutes, Lucas Bornert, General Manager de VOI, opérateur de trottinettes électriques en libre-service explique : « VOI a mis en place de nouveaux moyens pour réduire le nombre d’incidents lié aux trottinettes mal garées ». Selon lui, « il est maintenant possible de signaler une trottinette mal garée via l’application et nos utilisateurs doivent prendre des photos à la fin de chaque courses. De plus, nous recevons des notifications des services de la Mairie nous signalant les trottinettes mal garées. A partir de ce moment, l’enlèvement de cette trottinette est effectué dans les plus brefs délais par notre réseau de partenaires et d’entreprises de logistique », assure celui qui dit vouloir aller plus loin.

« Nous commençons aussi à mettre en place des zones de parking préférentielles avec bonus et des zones « no parking ». Enfin, nous avons accentué les campagnes d’éducation en rue, via l’application et par email », conclut-il. Pour Uber, qui a lancé ses trottinnettes récemment, le sujet est une « priorité ».

Vers la guerre entre les opérateurs et la mairie ?

« Le juste partage de la voie publique, entre les utilisateurs et les non-utilisateurs de trottinettes, est une priorité pour JUMP. Nous sommes signataires de la charte de bonne Conduite de la Mairie de Paris et nous engageons à déployer les trottinettes en respectant la réglementation, à retirer toute trottinette gênant le passage dans le délai imparti et à communiquer régulièrement les bonnes pratiques à nos utilisateurs », assure un porte-parole de l’entreprise.

Tous les opérateurs semblent prendre le problème à bras-le-corps. Pourtant, sur le terrain, la situation est loin d’être réglée. « Nous allons continuer de mener ces opérations très régulièrement pour dire « attention, il y a des règles », prévient Jérôme Coumet. Et lors de la signature de la charte de « bonne conduite », la mairie de Paris a lancé un ultimatum. Si les opérateurs ne trouvent pas une solution au « bordel généralisé », comme l’a décrit Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’urbanisme, la ville pourrait aller  jusqu'à interdire les trottinettes provisoirement.