Les taxis craignent la loi d'orientation des mobilités, proposée par le gouvernement.
Les taxis craignent la loi d'orientation des mobilités, proposée par le gouvernement. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

TRANSPORTS

Ile-de-France: Taxis, ambulanciers et auto-écoles se mobilisent contre contre la loi mobilités

Plusieurs cortèges partis de plusieurs communes d'Ile-de-France convergent vers la capitale

Opérations escargot et ralentissements… Des perturbations sont à prévoir toute la journée sur les routes franciliennes. Les syndicats de taxis et d’auto-écoles, ainsi qu’une association d’ambulanciers ont appelé se mobiliser pour protester contre la loi mobilités et la réforme à venir du permis de conduire.

« Nous attendons des gens de province et il y a des initiatives locales », a déclaré lundi à l’AFP Karim Asnoun (CGT-Taxis), qui espère « un succès » pour cette mobilisation. « La dernière fois où notre organisation a appelé à la mobilisation, en 2016, ça avait duré quatre jours et avait abouti à la loi Grandguillaume », a-t-il ajouté.

Des itinéraires à éviter

La préfecture de police de Paris a prévenu samedi que « des perturbations sont à prévoir sur l’ensemble des itinéraires empruntés par les différentes professions représentées ». Plusieurs cortèges doivent converger vers la capitale, direction boulevard Raspail (7e), où une manifestation à pied est prévue jusqu’à la place du Président Herriot, selon la préfecture de police, qui prévoit une dispersion vers 20 h.

Les cortèges partent de portes de Roissy, Orly, la Défense, Torcy, Clignancourt, Bagnolet, d’Italie, d’Auteuil, selon la préfecture. Elle « conseille aux automobilistes de contourner très largement les abords des zones concernées et d’éviter les itinéraires empruntés ainsi que leurs abords ».

Un équilibre fragile

La mobilisation vise à protester contre des dispositions du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) qui « cassent l’équilibre entre VTC et taxis », avait expliqué la semaine dernière Adil Karami, porte-parole de SUD-Taxi. Échaudées par les pistes lancées pour réformer le permis de conduire, les auto-écoles, à l’appel des deux principales organisations de la profession (CNPA et Unidec), participent également au mouvement.

Elles craignent que deux propositions d’un rapport commandé par l’exécutif à la députée LREM Françoise Dumas (LREM) favorisent les plateformes. Enfin, déjà mobilisés fin 2018 contre une réforme du financement des transports de santé, des ambulanciers sont appelés à se joindre au mouvement par l’Association de défense des transporteurs sanitaires (ADTS).