VIDEO. Foire de Paris: «La fatigue s’installe» pour Pascal Pich, à la veille de son dernier triathlon Iron-Man

REPORTAGE Quintuple champion du monde d’ultra-triathlon, qui impose de très longues distances en nage, course et vélo, Pascal Pich s’était lancé un défi : réaliser 12 ultra-triathlons en 12 jours

Juliette Desmonceaux

— 

Pascal Pich, 55 ans, à la Foire de Paris.
Pascal Pich, 55 ans, à la Foire de Paris. — Juliette Desmonceaux
  • Pascal Pich est quintuple champion du monde d'ultra-triathlon, une discipline qui se pratique sur de très longues distances : 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied. 
  • Il s'est imposé un défi : réaliser douze ultra-triathlon pendant douze jours lors de la Foire de Paris. 
  • L'objectif :  mettre en lumière le travail de la Fédération des sociétés des anciens de la Légion étrangère et pour les blessés de guerre.

On connaissait les douze travaux d’Hercule, voici maintenant les douze ultra-triathlons. Quintuple champion du monde d’ultra-triathlons, aussi dit triathlon Ironman, Pascal Pich est en passe de réaliser un exploit : il doit achever mercredi ses douze ultra-triathlons en douze jours d’affilée.

Au programme, tous les jours pour l’athlète de 55 ans : 3,8 km de natation, 180 km de vélo et 42,195 km de course à pied, soit l’équivalent d’un marathon. Avec un but en tête pour ce militaire réserviste : faire connaître la Fédération des sociétés des anciens de la Légion étrangère et pour les blessés de guerre et son travail.

A la veille de son dernier ultra-triathlon, Pascal Pich grimace lorsqu’il enfourche une nouvelle fois son vélo de course. « Aujourd’hui, c’est la première fois que j’ai mal aux cuisses tout de suite à vélo, normalement ça vient un peu plus tard. Ça prouve que la fatigue commence à s’installer durablement », reconnaît-il la voix légèrement essoufflée.

Une perte de poids liée à l’énergie dépensée

S’ajoutent quelques douleurs musculaires le matin et une petite frayeur la veille au mollet. « Juste une petite douleur, rien de grave », affirme celui qui se définit comme un «athlète de défi ».

En près de onze jours de nage et de course, à la fois à pied et à vélo, le sportif confie également s’être délesté de quelques kilos à cause de l’énergie dépensée. « J’ai encore perdu du poids ces derniers jours, mais je rééquilibre aussi avec mon alimentation » rassure-t-il.

Après plus de dix jours d’effort, Pascal Pich affirme que sa « hantise » reste la nage qu’il pratiquait chaque jour dans une eau non chauffée. « La piscine est hyper froide. Je ressors à chaque fois en hypothermie, il me faut un quart d’heure pour me réchauffer », raconte-t-il.

Le militaire réserviste estime avoir déjà rempli son objectif auprès des légionnaires et des blessés de guerre. « Plein de gens sont venus au stand des légionnaires pour me voir et on a parlé de l’événement sur les réseaux sociaux, donc l’expérience est positive », se réjouit-il. Il espère notamment que son défi encourage des visiteurs à participer à la journée nationale des blessés de guerre le 22 juin prochain, « c’est important ».