Périphérique parisien: La vitesse maximale pourrait passer à 50 km/h pour les automobilistes

VOITURE Un prérapport sur l’avenir du périphérique qui ceinture Paris propose parmi ses mesures de limiter la vitesse des usagers à 50 km/h

M.F

— 

La Mission d’information et d’évaluation (MIE) de la mairie de Paris en charge de l’avenir du périphérique propose une série de mesures chocs. (Illustration)
La Mission d’information et d’évaluation (MIE) de la mairie de Paris en charge de l’avenir du périphérique propose une série de mesures chocs. (Illustration) — Djebara/Concept Photo/SIPA
  • Un prérapport rédigé par la Mission d’information et d’évaluation (MIE) de la mairie de Paris et qui doit être remis à Anne Hidalgo le 21 mai prochain préconise une série de mesures choc concernant l’avenir du périphérique parisien.
  • Les élus de cette commission proposent entre autres de baisser la vitesse à 50 km/h, de passer le nombre de voies à trois dont une, réservée aux transports en commun, au covoiturage et aux véhicules propres.

La vitesse maximale autorisée sur le périphérique parisien​ pourrait être limitée à 50 km/h. Cette mesure choc provient d’un prérapport sur lequel une quinzaine d’élus de tous bords politiques du Conseil de Paris travaillent depuis cet automne et que Le Parisien a pu se procurer. Il concerne l’avenir de la voie à double sens qui ceinture la capitale et pourrait bien créer de nombreuses polémiques.

Parmi les préconisations qui risquent de provoquer le plus de controverses : cette fameuse limitation, qui fait passer de 70 à 50 km/h, la vitesse maximale sur le périph'. Soit la même limitation qu’en ville. Dans le document écrit par cette Mission d’information et d’évaluation (MIE) de la mairie de Paris, il est précisé que la mesure vise à « améliorer la fluidité du trafic ».

Trois voies au lieu de quatre

Les membres de la commission suggèrent également de réduire le nombre de voies du périphérique à trois au lieu de quatre ou cinq, pour remettre « en pleine terre » ces espaces. Sur les trois voies restantes, il est en plus proposé d’en réserver une aux transports en commun, au covoiturage et aux véhicules propres.

En plus du périphérique, le prérapport souhaite également baisser la vitesse des autoroutes et voies rapides qui ceinturent Paris. « Souvent congestionnés l’A86, les tronçons de l’A1, l’A103, l’A4, l’A6, l’A13, l’A14 doivent passer à 70 km/h », peut-on lire dans le document.

Fin des poids lourds

Enfin, les élus souhaitent que l’accès au périphérique soit interdit aux poids lourds de plus de 3,5 tonnes en transit. L’objectif de ces mesures est aussi de limiter les pics de pollution qui touchent la capitale. D’ailleurs, le rapport demande à l’état, la mise en place d’une circulation différenciée sur le périphérique « minimum 24 heures avant les pics de pollution annoncés ».

Le rapport finale doit être remis à Anne Hidalgo le 21 mai prochain. Les mesures qui seront adoptées, devraient être mises en place entre 2020 et 2030.