Incendie à Notre-Dame de Paris: «Mon petit-fils portera cette mémoire tragique et pourra la raconter»

SOCIETE Des centaines de personnes se sont rassemblées ce jeudi sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris pour l’hommage à Notre-Dame et à celles et ceux qui l’ont sauvée

Romain Lescurieux

— 

Le drapeau de Paris à la cérémonie d'hommage à Notre-Dame
Le drapeau de Paris à la cérémonie d'hommage à Notre-Dame — R.LESCURIEUX / 20Minutes
  • La maire de Paris Anne Hidalgo a salué « le courage sans limite » des pompiers de Paris pour sauver des flammes la cathédrale Notre-Dame.
  • Les pompiers ont longuement été applaudis ce jeudi après-midi lors de cette cérémonie en leur hommage.

« Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale, il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers avec des tourbillons d’étincelles. » Ce jeudi après-midi, cet extrait tristement prémonitoire de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo a été lu par l’actrice Isabelle Carré sur le parvis de l’Hôtel de Ville face à des centaines de personnes rassemblées pour rendre hommage à la cathédrale Notre-Dame partiellement détruite par un incendie qui s’est déclenché lundi soir et à celles et ceux qui l’ont sauvée. Les pompiers ont été à plusieurs reprises chaleureusement applaudis.

« Rendre hommage aux personnes qui ont sauvé tout ce qui pouvait l’être »

La maire de Paris Anne Hidalgo, accompagnée de Monseigneur Chauvet, recteur de Notre-Dame-de-Paris, du général Gallet, de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris et du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a prononcé un discours face aux Parisiennes, Parisiens, aux gens venus de partout et aux secours. « Je veux leur dire, je veux vous dire : notre cœur a été touché, mais il bat encore, et de notre devise nous tirerons la force de nous relever. Fluctuat nec Mergitur. Si l’Histoire de Paris se lit dans les pierres de Notre-Dame, elle s’écrit dans la mémoire des Parisiennes et des Parisiens », affirme-t-elle.

Non loin de la scène, Henri, 70 ans, est venu assister à la cérémonie avec son petit-fils de six ans. Venus de Grenoble, ils sont en vacances à Paris depuis bientôt une semaine. « Nous avons vécu les événements malheureux et donc nous avons trouvé juste de venir à cet hommage pour en rendre un aux personnes qui ont sauvé tout ce qui pouvait l’être », explique celui qui assiste à cet hommage « avec beaucoup de recueillement » mais aussi pour son petit-fils. « C’est tragique mais pour lui c’est un moment qui va compter. Il portera cette mémoire et pourra le raconter », conclut-il.

« Être là, c’est donné à tout le monde et ça ne coûte rien »

Le ministre de l’Intérieur a lui refait le récit de la nuit de combat des pompiers contre les flammes. « On ne rendra jamais assez hommage aux sapeurs pompiers qui étaient là ce soir-là », a-t-il déclaré entouré d’hommes du feu. « C’est le patrimoine de l’Humanité qu’ils ont sauvé. Toute leur vie, ils pourront dire « J’étais à Notre-Dame ». Aujourd’hui nous sommes liés par l’espérance. […] Notre-Dame a tenu bon. 850 ans d’histoire ont tenu bon » a renchéri le ministre de l’Intérieur. La cérémonie s’est clôturée par un prélude de la 3e suite de Bach interprétée au violoncelle.

Dans la foule, certains partent, d’autres restent encore quelques minutes, pour une photo ou se souvenir, encore. « Au-delà de toutes pensées religieuses, politiques, sociales, il faut être là, devant la mairie, et devant Notre-Dame, c’est donné à tout le monde et ça ne coûte rien », commente Francine, 68 ans.

Anne Hidalgo proposera au prochain conseil de Paris que soit accordée au général Jean-Claude Gallet, commandant la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, la citoyenneté d’honneur de la Ville de Paris « pour honorer cet acte de bravoure mais aussi votre engagement au quotidien », a-t-elle dit.