Incendie à Notre-Dame de Paris: «Tout ce qui est à l’effigie de la cathédrale se vend aujourd’hui»

SOCIETE Au lendemain du spectaculaire incendie qui s’est déclaré à Notre-Dame à Paris et qui a mobilisé 400 pompiers pendant une quinzaine d’heures, les abords de l’édifice sont devenus un véritable lieu de pèlerinage

R.L.

— 

Les ventes de produits dérivés liés à Notre-Dame de Paris sont en hausse ce mardi
Les ventes de produits dérivés liés à Notre-Dame de Paris sont en hausse ce mardi — R.L / 20Minutes
  • Au lendemain de l’incendie qui a touché Notre-Dame, les boutiques de souvenirs aux abords de l’édifice ne désemplissent pas.
  • Les bouquinistes aussi font face à un afflux de personnes. Mais pour l’un d’eux pas question de changer la façon de travailler et de vendre Notre-Dame de Paris​ de Victor Hugo pour plaire aux touristes.

Aux abords de Notre-Dame de Paris, ils avancent au ralenti, les uns derrière les autres. Toutes les têtes sont tournées vers l’édifice, souvent un portable ou un appareil photo dans les mains. Au lendemain du spectaculaire incendie qui s’est déclaré dans la cathédrale et qui a mobilisé 400 pompiers pendant une quinzaine d’heures, les abords du monument partiellement détruit sont devenus un véritable lieu de pèlerinage pour les Parisiennes, Parisiens et les touristes.

Certains s’arrêtent pour un cliché, un temps de recueillement quand d’autres osent le selfie. Et près du quai de Montebello, les boutiques de souvenirs ne désemplissent pas, tant elles portent bien leur nom ce mardi.

« Ils achètent des cartes postales, des magnets, des sous-verre »

« Je voulais vraiment acheter cet objet. D’autant plus avec le drame d’hier », explique Harris, un Pakistanais, en voyage à Paris. Dans ses mains, une cathédrale Notre-Dame, miniature. « J’étais dans le secteur hier soir, j’ai regardé les flammes. C’était très triste. C’est important pour moi d’acheter cet objet car Notre-Dame me rappelle beaucoup de souvenirs. La première fois où je suis venu à Paris, le premier monument que j’ai visité, c’est cette cathédrale, désormais elle va être différente. Je veux en garder un souvenir d’avant », poursuit-il. Harris est loin d’être le seul. Dans une boutique à côté, des touristes achètent des cartes postales. Notamment pour faire un avant/après la nuit dernière et se rendre compte de l’étendue des dégâts.

Les cartes postales se vendent ce mardi
Les cartes postales se vendent ce mardi - R.L / 20Minutes

Dans une boutique, Ayam, vendeur n’en revient pas. « Depuis ce matin, les gens achètent des cartes postales, des pin’s, des magnets, des sous-verre. Par exemple, les sacs, je n’en ai plus. Tout ce qui est à l’effigie de Notre-Dame se vend aujourd’hui. C’est normal, ça ne sera plus comme avant. Les gens ne pourront plus la voir comme elle était », dit-il. Lui, reste choqué. Il a vu les flammes, la flèche s’effondrer. « Je n’en reviens toujours pas », conclut-il. Dans une troisième boutique, ils ont même refait des commandes d’objets en lien avec la cathédrale et ont disposé davantage de gargouilles miniatures dans les rayons.

Des Notre-Dame en miniature
Des Notre-Dame en miniature - R.L / 20Minutes

Bouquinistes contre Amazon

En face, les bouquinistes aussi font face à un afflux de personnes. Mais pour l’un d’eux pas question de changer la façon de travailler. « Les gens sont attirés par les catastrophes. Mais je ne vendrai pas du Victor Hugo par exemple », lâche-t-il. Le roman de Victor Hugo Notre-Dame de Paris était numéro un des ventes sur la plate-forme Amazon dès mardi matin et en rupture de stock chez certains libraires.

Loin de tout ça, le bouquiniste, chapeau et pipe à la bouche, veut surtout avoir une pensée pour sa « voisine de bureau ». « C’est notre compagne de tous les jours, notre vieille dame, je passe tous les jours devant elle, je la vois tous les jours. C’est triste ».