Paris: Uber lance ses vélos et trottinettes électriques en libre-service sous la marque «Jump»

TRANSPORTS Le géant des VTC lance son service de location de trottinettes et vélos électriques en libre-service à Paris à partir de jeudi

20 Minutes avec AFP

— 

Voilà à quoi ressemble les vélos électriques en libre-service de Uber. Ici, Dara Khosrowshahi, PDG d'Uber (à gauche) présente le vélo Jump, le 6 juin 2018 à Berlin, en Allemagne.
Voilà à quoi ressemble les vélos électriques en libre-service de Uber. Ici, Dara Khosrowshahi, PDG d'Uber (à gauche) présente le vélo Jump, le 6 juin 2018 à Berlin, en Allemagne. — Stefan Boness/Ipon/SIPA

Et encore un peu plus de trottinettes et de vélos. Alors que la mairie de Paris a récemment durci les règles encadrant l’utilisation des trottinettes électriques en libre-service dans la capitale, Uber se positionne sur ce marché. Après Madrid mardi, l’entreprise américaine lance dès ce jeudi, à Paris, ses propres vélos et trottinettes électriques en libre-service sous la marque « Jump ». Il entre en concurrence directe avec les neuf autres opérateurs de location de trottinettes électriques déjà présents.

Ce sont donc 500 vélos et 500 trottinettes qui seront mis en service intra-muros, avant un déploiement plus massif dans la capitale. L’offre sera dans un second temps déclinée en banlieue parisienne puis dans d’autres villes françaises, indique le transporteur dans un communiqué.

Même prix pour trottinettes et vélos

La location des vélos et trottinettes Jump se fera via l’application Uber et tous seront disponibles en libre-service sans borne. Le prix de la location sera identique pour les deux produits : 1 euro de frais de déverrouillage, puis 15 centimes la minute.

Les vélos, dont la vitesse maximale est de 25 km/h, disposeront d’un support pour téléphone, pour faciliter le guidage par GPS, et d’un antivol, afin d’être attachés au mobilier urbain. Les trottinettes pourront, elles, rouler jusqu’à 20 km/h.

Uber prend des pincettes avec la mairie

Uber précise avoir signé la charte de bonne conduite de la mairie de Paris et entend encourager auprès de ses utilisateurs « les comportements vertueux et le juste partage de la voie publique ». L’entreprise s’est engagée à payer « la contribution financière sur les trottinettes et vélos en libre-service pour permettre le développement d’infrastructures dédiées ».