Hauts-de-Seine: La mairie de Suresnes propose des activités sportives aux fonctionnaires pendant les heures de travail

BIEN-ETRE Afin de favoriser le bien-être, mais aussi les performances de ses employés, la mairie de Suresnes leur propose des activités sportives et culturelles pendant les heures de travail.

Marie de Fournas

— 

LA ville de Suresnes est la première en France à avoir mis en place un programme d’activités physiques, culturelles et
sportives durant le temps de travail pour les employés.
LA ville de Suresnes est la première en France à avoir mis en place un programme d’activités physiques, culturelles et sportives durant le temps de travail pour les employés. — StockSnap / Pixabay

Marche douce, chant, piscine, cirque, jeux multisports et d’opposition. Depuis fin mars, la mairie de Suresnes dans les Hauts-de-Seine offre la possibilité à ses fonctionnaires de pratiquer une activité sportive ou culturelle, une fois par semaine, pendant leurs heures de travail. Une première en France.

Deux heures maximum (en comptant le temps de trajet), qui sont donc comprises dans les 35 heures légales. Un moyen pour la ville de lutter contre l'absentéisme et d’augmenter la performance de ses employés.

« L’absentéisme est un problème dans toutes les collectivités »

« Il n’y a pas de qualité de travail s’il n’y a pas de bien-être au travail », affirme à 20 Minutes Béatrice de Lavalette, adjointe au maire aux RH et au dialogue social. La mairie s’appuie sur une étude de l'OMS de 2003 qui affirme que « les programmes d’activité physique en milieu de travail peuvent réduire de 6 à 32 % les congés maladie, et donc l’absentéisme ».

«L'absentéisme est un problème dans toutes les collectivités. Au niveau national le taux était de 9,8 % en 2017 », lance-t-elle espérant encore faire baisser ce chiffre dans sa ville, déjà passée de 7,51 % à 7,04 % entre 2017 et 2018.

Considérées comme des heures de formation

Les six activités proposées ont également été choisies pour leur capacité à « accroître la productivité et la performance » des employés. « Chacune d’elles, apporte des compétences transférables sur les métiers, assure Béatrice de Lavalette. Ces heures d’activité sont donc comprises dans les 35 heures de travail comme des heures de formation. »

Par exemple, la marche douce permettrait « la connaissance de la ville », les arts du cirque : « la maîtrise du risque » et les jeux d’adresse multisports : « la maîtrise du stress ». Là encore, la ville s’appuie sur les chiffres de l’OMS qui assure que la pratique sportive au travail augmenterait la productivité des employés entre 6 et 9 %.

Quel impact sur le fonctionnement des services ?

La mairie promet que ces activités augmenteront la « performance publique au service des Suresnois » sans impacter le bon fonctionnement des services. « Tout le monde y aura accès, même les agents de crèches et d’écoles. Mais il s’agit de cycles de 12 semaines que tout le monde ne fera pas en même temps pour que les services continuent de tourner », promet l’adjointe au maire.

Cette initiative s’inscrit dans un programme plus large. La mairie propose déjà des activités sportives gratuites à ses employés en dehors du temps de travail. Cependant, « les syndicats nous ont fait remonter que les femmes avaient plus de difficultés à les pratiquer », justifie Béatrice de Lavalette. De plus, les résultats de l’étude de l’OMS s’appliquent pour la pratique d’une activité modérée à hauteur de 2h30 par semaine ou d’1h15 si l’activité est intense.