Champion de la provoc, l'artiste John Hamon se projette en licorne sur la tour Eiffel

STREET ART L’artiste au visage le plus célèbre de la capitale s’est associé avec la marque de cosmétiques Merci Handy pour faire une projection sauvage sur la tour Eiffel dans la nuit de jeudi à vendredi.

Marie de Fournas

— 

Le visage de l'artiste John Hamon en licorne sur la Tour Eiffel dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 avril 2019
Le visage de l'artiste John Hamon en licorne sur la Tour Eiffel dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 avril 2019 — Merci Handy
  • L’artiste John Hamon placarde sa tête partout dans Paris depuis 2001. Sa dernière performance, projeter son visage en licorne sur la tour Eiffel.
  • Une performance pour laquelle il s’est associé avec la marque de cosmétique Merci Handy. Une collaboration qui pourrait faire penser à une pub, mais dont l’artiste se défend.

Ultime « pied de nez ». Dans la nuit de jeudi 4 au vendredi 5 avril, l’image d’une licorne a été projetée sur la tour Eiffel, entre 1h30 et 3h du matin. A la fin de cette performance artistique sauvage, la tête de John Hamon, l’artiste qui placarde son visage partout dans Paris depuis 2001, est apparue grimée en licorne sur la dame de fer.

La signature d’un projet réalisé en collaboration avec la marque de cosmétique Merci Handy, qui réalise par exemple les gels nettoyants pour mains à paillettes. Une opération en prévision de la journée mondiale de la licorne le 9 avril.

Le visage de l'artiste John Hamon en licorne sur la Tour Eiffel dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 avril 2019
Le visage de l'artiste John Hamon en licorne sur la Tour Eiffel dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 avril 2019 - Merci Handy

« Une façon de faire un pied de nez aux institutions culturelles »

C’est la première fois que l’artiste collabore avec une marque. Une démarche pas toujours bien vue dans le monde de l’art où on pourrait l’associer à de la publicité et qui pose la question de la liberté d’expression de l’artiste. Mais de son côté, John Hamon la présente comme une ultime provocation. « C’est une façon de faire un pied de nez aux institutions culturelles, explique-t-il à 20 Minutes. Aujourd’hui, ce sont elles qui permettent aux artistes d’avoir une légitimité et de la valeur, mais elles en représentent très peu. On est obligé de trouver d’autres solutions pour exister et être financé. »

John Hamon de John Hamon
John Hamon de John Hamon - John Hamon

L’artiste assure également que cette collaboration et projection s’inscrit dans la continuité de son œuvre. En effet, se faire connaître par le simple fait de placarder la même photo de son visage pendant dix-huit ans est une manière d’interpeller sur la notion de promotion dans le milieu de l’art. Son mantra : « C’est la promotion qui fait l’artiste ou le degré zéro de l’art ». « Mes actions ont un sens promotionnel. Là je le pousse à son paroxysme », décrypte-t-il.

« Les artistes sont friands de trouver d’autres moyens de s’exprimer »

De son côté, l’entreprise Merci Handy qui a l’habitude d’organiser des OP de communication innovante mettant en avant la licorne, symbole de la marque, nous assure avoir uniquement financé l’artiste à hauteur du matériel investi et des heures passées pour réaliser l’œuvre. « Les artistes sont friands de trouver d’autres moyens de s’exprimer. Lorsque c’est pertinent entre l’artiste et la marque, nous ne voyons pas où est le problème. »

La projection d'une licorne sur la Tour Eiffel par l'artiste John Hamon dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 avril 2019
La projection d'une licorne sur la Tour Eiffel par l'artiste John Hamon dans la nuit du dimanche 7 au lundi 8 avril 2019 - Merci Handy

Merci Handy promet n’avoir absolument rien imposé à John Hamon quant au dessin projeté. De son côté, l’artiste nous explique qu’il souhaitait travailler autour de la licorne depuis un certain temps. « La figure de l’artiste étant parfois comparable à cet animal à la fois magique mystérieux et unique, j’ai souhaité apparaître sous cette forme le temps d’une projection pour apporter un moment de magie et ouvrir la porte du réel qui semble parfois sans issue vers l’imagination ou tout est possible », expose-t-il.