Brunei: Deux palaces parisiens seront-ils boycottés grâce à George Clooney?

SOCIETE Brunei, pays d'Asie du Sud-Est, a instauré ce mercredi la peine de mort par lapidation pour punir l'homosexualité et l'adultère. ONG et associations ripostent

Romain Lescurieux

— 

La facade de l'hôtel Meurice, le 5 octobre 2006 à Paris
La facade de l'hôtel Meurice, le 5 octobre 2006 à Paris — Fred Dufour AFP
  • Suivant Georges Clooney, SOS Homophobie, Urgence Homophobie et Stop Homophobie appellent au boycott des hôtels de luxe appartenant au sultan de Brunei. Dont le Meurice et le Plaza Athénée à Paris.
  • Car le pays asiatique vient d’instaurer ce mercredi la peine de mort par lapidation pour punir l’homosexualité et l’adultère.
  • Comment les deux palaces parisiens réagissent à ce boycott et aux prises de position de l’Etat qui les possèdent ?

Brunei, petit Etat situé sur l’île de Bornéo, a instauré ce mercredi la peine de mort par lapidation pour punir l’homosexualité et l’adultère. Cette nouvelle législation d’inspiration islamique suscite une vague d’indignation d’ONG, de personnalités et de gouvernements dans toute la planète. Une vague qui a des répercussions jusqu’à Paris.

Car l’acteur américain George Clooney et le chanteur britannique Elton John ont appelé au boycott des neuf hôtels de luxe liés à Hassanal Bolkiah, sultan de Brunei et gérés par Dorchester Collection. Parmi ces palaces, on trouve The Dorchester et 45 Park Lane à Londres, le Bel-Air à Los Angeles, l’Eden à Rome. Mais aussi le Meurice et le Plaza Athénée à Paris.

« Nous n’excluons pas un rassemblement devant ces hôtels »

L’association SOS Homophobie lance, avec Urgence Homophobie et Stop Homophobie, un appel « pour dénoncer l’assourdissant silence français quant aux annonces barbares exprimées par Hassanal Bolkiah ». Ils invitent aussi à boycotter les palaces concernés.

« Brunei est devenu un pays qui criminalise l’homosexualité et ce n’est pas le seul. Des personnes LGBT ne peuvent pas y vivre telle qu’elles sont. Nous voulons donc interpeller les pouvoirs publics. Il faut des pressions diplomatiques, politiques et économiques », explique Joël Deumier, président de SOS Homophobie. « Nous invitons toutes les personnes et toutes les sociétés fréquentant ici en France les hôtels Meurice ou Plaza Athénée pour des entrevues professionnelles ou pour leurs loisirs, à boycotter ces établissements qui appartiennent à Hassanal Bolkiah », note les associations dans une tribune signée par de nombreuses personnalités.

« Nous n’excluons pas un rassemblement devant l’ambassade et devant ces hôtels pour exercer une pression symbolique », confie à 20 Minutes, Joël Deumier. Comment réagit-on du côté de ces établissements ?

« Une position diplomatique ferme et forte envers le sultanat de Brunei »

Sollicité par 20 Minutes, le service communication de l’Hôtel Meurice indique n’avoir « aucun commentaire à faire ». « Nous faisons partie d’un groupe, le Dorchester Collection, qui respecte des valeurs comme le respect et l’égalité ». Fin de citation. De son côté, le Plaza Athénée n’a pas répondu à nos sollicitations.

Interrogé par l’AFP à Rome et à Londres, Dorchester Collection a affirmé dans un communiqué « promouvoir la qualité, le respect et l’intégrité dans tous les domaines de [ses] activités, et attacher une grande importance aux personnes et à la diversité culturelle de ses clients et employés. L’inclusion et la diversité demeurent des convictions fondamentales et nous ne tolérons aucune forme de discrimination ». Le groupe craint-il une baisse de fréquentation ? Le service communication de l’Hôtel Meurice ne commente pas. Pourtant, l’entrée en vigueur de cette législation à Brunei a semé la consternation dans le monde entier. L’ONU a dénoncé des « peines cruelles et inhumaines ».

« Nous ne pouvons pas laisser faire ça. Nous ne pouvons pas fermer les yeux. C’est pourquoi nous demandons instamment au président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, d’adopter en tant que dirigeant français et européen une position diplomatique ferme et forte envers le sultanat de Brunei, pour empêcher ou faire cesser, ces exactions barbares », précisent de leur côté, SOS Homophobie, Urgence Homophobie et Stop Homophobie.