VIDEO. Paris: «La transphobie est une réalité»... Colère et indignation après une agression place de la République

FAITS DIVERS « C'est une illustration des actes et agressions transphobes en France qui augmentent », affime à 20 Minutes Joël Deumier, le président de SOS Homophobie

Romain Lescurieux

— 

Le drapeau arc-en-ciel lors de la gay pride de Paris, le 29 juin 2015
Le drapeau arc-en-ciel lors de la gay pride de Paris, le 29 juin 2015 — REVELLI-BEAUMONT/SIPA
  • Dimanche, une femme transgenre a été prise à partie, insultée et frappée par plusieurs individus, place de la République, à Paris. L'agression a été filmée et la vidéo a suscité l'indignation de nombreux d'élus.
  • Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris. La victime déposera plainte ce mercredi. 

Une séquence violente. Ce mardi, Lyes Alouane, militant LGBTQI + et délégué Ile-de-France de Stop Homophobie, a partagé sur Twitter une vidéo sur laquelle on voit une femme transgenre être prise à partie, insultée et frappée par plusieurs individus, place de la République. L’agression a eu lieu en marge d’un rassemblement politique contre un cinquième mandat du président algérien Abdelaziz Bouteflika. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris.

« La scène a été filmée dimanche soir par un témoin, sur place, qui nous a transmis cette vidéo, explique Lyes Alouane à 20 Minutes. Une personne a d’abord craché sur la victime puis un groupe s’est formé pour chanter autour d’elle et la sexualiser, se moquer d’elle et la rabaisser. Quand elle s’est rapprochée de l’un d’eux pour avoir des explications, elle a reçu des coups. » Des agents de la RATP sont finalement intervenus.

« Les auteurs doivent être retrouvés, interpellés et condamnés »

« Des agents GSPR sont intervenus pour porter assistance à une personne agressée et l’ont mise à l’abri dans la station de métro République », assure une source de la RATP auprès de Têtu. La scène, massivement partagée sur les réseaux sociaux, a provoqué une vague d’indignation et la colère des élus. SOS Homophobie dénonce, elle, une « agression physique et verbale transphobe ». « Nous adressons tout notre soutien à la victime. Les auteurs de ces actes doivent être sanctionnés », précise encore l’association.

« C’est une illustration des actes et agressions transphobes en France qui augmentent », affirme à 20 Minutes Joël Deumier, le président de SOS Homophobie. Le rapport 2018 de l’association prouve en effet que les actes transphobes ont augmenté de 53 % en un an. « Cela montre que la transphobie est une réalité. Les auteurs doivent être retrouvés, interpellés et condamnés », conclut Joël Deumier.

Une enquête ouverte

Une enquête pour « violences aggravées par la circonstance qu’elles ont été commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre » a été ouverte par le parquet de Paris, a indiqué une source judiciaire à franceinfo.

« Indignée par cette agression transphobe, que je condamne avec la plus grande fermeté. Je tiens à assurer la victime de tout mon soutien. Les coupables de cet acte intolérable doivent être identifiés et poursuivis », a réagi la maire de Paris, Anne Hidalgo. De son côté, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, a fait part de sa colère sur Twitter.

La maire du 10e arrondissement, Alexandra Cordebard, affirme avoir signalé les faits au commissariat de police. « Les agresseurs doivent être poursuivis », ajoute-t-elle. De son côté, Lyes Alouane a, lui, lancé un appel à la victime pour qu’elle se rapproche d’une association « et qu’elle porte plainte ». En fin d’après-midi, Stop Homophobie annonce que la victime déposera plainte ce mercredi. L’association prendra en charge sa défense.