Plus de tri, moins de pub… La région Ile-de-France fixe de nouveaux objectifs aux Franciliens

ECOLOGIE La Région Ile-de-France a présenté la semaine dernière son plan de prévention et de gestion des déchets qui doit être voté en mai et adopté d’ici fin 2019.

M.F

— 

La région Ile-de-France présente ses ambitions en matière de prévention et gestion des déchets.
La région Ile-de-France présente ses ambitions en matière de prévention et gestion des déchets. — Pexels/Pixabay

L’Ile-de-France entend bien rattraper son retard en matière de tri et de recyclage. La région a présenté la semaine dernière son nouveau plan de prévention et de gestion des déchets. Comme le veut la loi Notre de 2015, il appartient aux régions d’établir ce plan. Ce dernier doit être voté en mai et adopté d’ici fin 2019

Ce plan unique, les collectivités pourront s’y référer. Le but est qu’à terme, organismes privés et pouvoirs publics mènent une action commune pour transiter vers une économie circulaire, qui se base sur la gestion sobre et efficace des ressources en limitant leur gaspillage et leur impact environnemental. L’une des parties essentielles de l’ économie circulaire concerne le comportement des consommateurs.

Pour la région, il y a un gros travail à faire sur la prévention, comme changer le regard des Franciliens sur les déchets. « En Ile-de-France, nous sommes les derniers de la classe en matière de tri, nous explique Sophie Deschiens, conseillère régionale déléguée à l’économie circulaire. Cela vient en partie du fait que les consignes ne sont pas toujours claires. Par exemple, d’une ville à l’autre, les bacs ne sont pas tous de la même couleur… » La région suggère par exemple d’harmoniser les couleurs des couvercles, mais sans jeter les anciens, car « favoriser l’éco-conception des produits » fait également partie des objectifs du plan. « On peut obliger l’entreprise qui va fabriquer les nouveaux couvercles à reprendre les anciens pour s’en servir comme matière première. »

35 % de boîtes aux lettres sans pub

Pour changer les comportements, l’accessibilité est un facteur majeur. « Nous voulons développer les activités de réemploi et de réparation tels que les recycleries ou les ressourceries afin de créer un véritable maillage », explique la région, qui a notamment travaillé avec Emmaüs sur ce sujet. Autre facteur majeur : la gratuité. L’Ile-de-France s’est par exemple fixé comme objectif d’ici 2031 de distribuer gratuitement des étiquettes stop-pub pour couvrir 35 % des boîtes aux lettres.

Parmi les autres grands enjeux du plan : une priorité accordée à la lutte contre les dépôts sauvages via un dispositif d’aides aux collectivités et aux agriculteurs. La région entend atteindre l’objectif de -50 % d’enfouissement de déchets non dangereux en 2025 par rapport à 2010 et jusqu’à -60 % en 2031. Une partie du plan concerne la valorisation des déchets organiques via la mobilisation des entreprises ou encore l’harmonisation du tri. Enfin, une partie est entièrement dédiée aux enjeux des déchets du Grand Paris :  valorisation des déchets de chantier ou passage de la démolition à la déconstruction.