#JusticePourAnge: Des internautes s'émeuvent de la mort d’un jeune à la suite d’un contrôle de police

FAITS DIVERS Âgé de 31 ans, Ange Dibenesha serait mort d’une overdose après avoir avalé de la drogue lors d’un contrôle de police, mercredi soir à Paris

Vincent Vantighem

— 

Illustration d'une voiture de police de nuit, avec son gyrophare ici à Rennes.
Illustration d'une voiture de police de nuit, avec son gyrophare ici à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Une vague d’indignation se propage sur les réseaux sociaux après la mort d’un homme de 31 ans.
  • Arrêté mercredi à Paris, il a été hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière où il est décédé samedi soir.
  • Selon la préfecture de police, il aurait en réalité avalé de la drogue lors du contrôle de police.

L’un des premiers à en avoir parlé sur Twitter le regrette désormais. « En fait, l’affaire n’est pas aussi claire que ce que l’on pensait au début… », confie-t-il à 20 Minutes. Depuis ce dimanche matin, les réseaux sociaux s’enflamment après l’annonce de la mort d’Ange Dibenesha Marifa sous le mot-dièse #JusticePourAnge. Âgé de 31 ans, cet habitant de Grigny (Essonne), est décédé à l’hôpital de La Pitié Salpêtrière où il avait été admis, dans la nuit de mercredi à jeudi, après un contrôle de police sur le périphérique parisien.

Sous pression après la diffusion d’une vidéo de la mère du jeune homme réclamant la vérité, les tweets de plusieurs rappeurs et celui du député (LFI) Alexis Corbière, la préfecture de police a indiqué, dans un communiqué, ce dimanche, que le jeune homme avait été « pris de convulsions » après avoir « ingéré une substance non identifiée » lors du contrôle de police. C’est ce qui serait à l’origine de son décès.

Une autopsie lundi pour vérifier la thèse de la cocaïne

Le soir des faits, Ange Dibenesha Marifa circulait dans une BMW sur le périphérique. Conduisant sans permis, sous l’empire de l’alcool et en téléphonant, il est arrêté à hauteur de la porte d’Italie (Paris, 13e). Mais, alors que les policiers attendent avec lui l’arrivée d’un autre véhicule permettant de le prendre en charge, le jeune homme avale « une substance non identifiée ». Selon nos informations, il s’agirait d’une boulette de cocaïne. Une autopsie est d’ailleurs prévue lundi afin de le confirmer.

Contrairement à la rumeur qui a donc circulé sur les réseaux sociaux, le jeune homme n’a donc pas été placé en garde à vue. Alors qu’il convulsait, il a été pris en charge rapidement par les pompiers qui ont pratiqué, sur lui, un massage cardiaque. Il a ensuite été transporté par le Samu à la Pitié-Salpêtrière, où il est finalement décédé.

La police a mis du temps à l’identifier formellement

Dans un message vidéo, la mère du jeune homme s’était émue d’avoir dû attendre deux jours pour apprendre qu’il avait été hospitalisé et que ses jours étaient en danger. Selon nos informations, le retard dans la diffusion de l’information est dû au fait que les services de police ont eu du mal à l’identifier formellement et, par conséquent, à prévenir ses proches.

Informé des faits, le parquet de Paris a décidé d’ouvrir une enquête préliminaire et d’en confier la responsabilité à la Brigade des stupéfiants.