L'Ile-de-France s’engage pour la gratuité des manuels scolaires et initie le virage numérique

EDUCATION La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a présenté ce mercredi les mesures de soutien au pouvoir d’achat des lycéens franciliens

Romain Lescurieux

— 

Une salle de classe. (Illustration)
Une salle de classe. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES
  • Tous les manuels scolaires pour les lycéens seront financés par la région Ile-de-France
  • Chaque établissement d’enseignement fera en effet le choix avant le 15 avril de conserver des manuels papier ou de passer au « 100 % numérique ».

Papier ou numérique ? Avec le nouveau baccalauréat en 2021, les programmes changent, les supports aussi. A partir de la rentrée, en septembre 2019, les élèves de seconde et première auront de nouveaux manuels. En Ile-de-France, 670 lycées – généraux, technologiques et professionnels – sont concernés. Soit plus de 260.200 élèves. Alors qu’un jeu de manuels neufs coûte entre 180 et 250 euros par lycéen chaque année, la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a présenté ce mercredi les mesures de soutien au pouvoir d’achat des lycéens franciliens. Et de nouveaux horizons.

Gratuité et « virage numérique »

Valérie Pécresse a annoncé la gratuité des ressources pédagogiques – notamment des manuels – pour tous les élèves, « du public et du privé », précise la présidente. Ainsi, la région investira environ 340 euros par élève pour accompagner cette réforme. Surtout, changement majeur, la région veut désormais s’engager pleinement dans le numérique.

« Nous voulons que la transition numérique des lycées soit chaque jour une réalité encore plus forte. Nous voulons rattraper le retard et donner les meilleures conditions d’apprentissage pour nos lycéens », affirme Marie-Carole Ciuntu, vice-présidente chargée des lycées d’administration générale. Selon Valérie Pécresse, l’idée est « de profiter de la réforme et de l’arrivée des nouveaux manuels pour encourager le virage numérique dans les établissements. Nous sommes au pied du mur, c’est maintenant ». D’ici à 2020, toutes les classes seront équipées de rétroprojecteurs et d’écrans interactifs et les établissements raccordés au très haut débit et au Wifi. Et de manuels sur support numérique, pour ceux qui le souhaitent.

Papier, tablette ou ordinateur ?

Chaque établissement d’enseignement fera en effet le choix avant le 15 avril de conserver des manuels papier ou de passer au « 100 % numérique ». Un choix qui est laissé au conseil pédagogique et au conseil d’administration de l’établissement. Les lycées professionnels seront eux équipés d’office. « Nous avons mené une enquête auprès des chefs d’établissement et nous pensons que les lycées professionnels sont mûrs pour un virage 100 % numérique », explique la présidente. Chaque lycéen aura donc une tablette numérique du CAP à la terminale.

Pour les lycées généraux, si la direction de l’établissement décide de passer au numérique, s’effectuera aussi le prêt d’une tablette ou d’un ordinateur portable pour tous les élèves de seconde pour toute leur scolarité. Le lycée doit trancher entre les deux supports. La région préconise de son côté l’ordinateur portable car « ayant plus de mémoire » et estime à la moitié des établissements qui choisissent le numérique. Une opération qui coûterait entre 120 et 150 millions d’euros en trois ans.

De son côté, la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement (PEEP) salue l’initiative mais émet quelques craintes. « Nous saluons l’investissement de la région. Des parents sont favorables, d’autres moins. Mais nous trouvons ça bien que la région n’impose rien », explique Samuel Cywie, président de la PEEP Paris. Néanmoins, selon lui « le délai de trois semaines pour décider est court pour un sujet aussi important » et espère que la région soit « en capacité de conserver ce niveau d’investissement » dans le futur. Du côté de la FCPE, on se dit « favorable » à la mesure, en regrettant toutefois « l’opposition du support papier et du numérique ».