Val-d'Oise: Après le suicide d'un professeur, un enseignant publie une BD sur le drame

SOCIETE Retrouvé pendu dans une forêt, l’homme de 57 ans avait laissé une lettre pour expliquer son geste

R.L.

— 

Illustration : Un enseignant de maths.
Illustration : Un enseignant de maths. — Pixabay

Le 15 mars, un instituteur du Val-d’Oise est retrouvé pendu dans la forêt de Montmorency alors qu’il avait dit à ses proches qu’il partait faire un jogging afin de s’aérer.

L’homme de 57 ans a laissé une lettre pour expliquer son geste. Il n’aurait pas supporté la plainte pour « violence aggravée » déposée contre lui par une mère d’élève. Depuis, ses collègues réagissent. Dans « Cas d’école, l’histoire de Jean », Christophe Tardieux, alias Remedium, enseignant de Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis, revient sur le drame avec une bande dessinée.

Cette parole, « il faut qu’elle sorte »

« Je raconte qu’a priori, l’enseignant aurait réprimandé un enfant et que les parents ne l’auraient pas accepté. Ils auraient constaté des griffures sur le dos de l’enfant et ont donc porté plainte », explique à France Bleu, Christophe Tardieux. Le but de l’auteur est d’expliquer « comment on en est arrivé là ». Car après la plainte, Jean Willot a reçu des appels de parents lui demandant des comptes, précise la radio. « Il n’a pas supporté ces accusations », reprend Christophe Tardieux.

L’enseignant dénonce la relation avec certains parents, dit-il à France Bleu. « Une minorité agissante qui sape et discrédite le travail des enseignants. Donc les enfants ont du mal à intégrer les règles de vie de l’école parce qu’ils savent qu’ils seront toujours soutenus par leurs parents ». Il s’en prend aussi au « silence » de la hiérarchie. « Derrière la compassion qu’elle affichait, il y avait cette injonction de ne pas parler pour ne pas que ça se propage. ». Mais cette parole, « il faut qu’elle sorte ». La bande dessinée est publiée sur la page Facebook de Christophe Remedium.