Mouvement de foule à Disneyland Paris après une fausse alerte

RUMEURS Un bruit provoqué par un problème d’escalator ou d’ascenseur a fait craindre des détonations

N.Sa avec AFP

— 

Le parc Disneyland Paris. (Illustration)
Le parc Disneyland Paris. (Illustration) — P LE FLOCH/SIPA

Un mouvement de foule s’est produit samedi soir dans le parc d’attractions Disneyland Paris après un bruit provoqué par un problème d’escalator ou d’ascenseur qui a fait craindre des détonations, a-t-on appris de sources concordantes.

« Fausse alerte, les forces de sécurité confirment qu’il n’y a pas de menaces », a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un tweet en anglais, démentant les rumeurs rapidement relayées sur Twitter. « Suite à un bruit probablement dû à un ascenseur ou un escalator, il y a eu un mouvement de foule », a expliqué une source proche de l’enquête.

« Personne ne comprenait ce qui se passait. »

Conformément à son protocole de sécurité, le parc situé en Seine-et-Marne a confiné ses visiteurs le temps de lever les doutes, a précisé cette source.
La préfecture de Seine-et-Marne a quant à elle indiqué que le mouvement de foule avait fait quelques blessés légers. « Opération de sécurité de police terminée. Quelques blessés légers liés au mouvement de foule », a-t-elle tweeté.

Un visiteur du parc a indiqué avoir été « confiné » dans le restaurant Planet Hollywood, où il dînait. « On était en train de manger tranquillement » et « des personnes sont rentrées dans le restaurant en courant » vers 22h, a affirmé Jonathan Vincent, qui a finalement pu quitter les lieux peu avant 23h. Venue à Disney avec sa sœur et ses deux enfants de 10 et 16 ans, Alexia a elle décrit un « énorme mouvement de panique ». « On faisait les magasins à l’entrée du village Disney quand tout à coup une vingtaine de personnes sont arrivées en hurlant », raconte cette Parisienne de 38 ans.

« Personne ne comprenait ce qui se passait. On ne savait pas où aller. J’étais séparée de mes enfants, j’ai eu très peur. Ma sœur m’a appelée, j’ai réussi à les rejoindre. On s’est tous cachés derrière les caisses. Ça a duré cinq minutes, peut-être moins. Les plus longues de ma vie », dit-elle.

« Tout le monde croyait à un attentat. »

« Tout le monde croyait à un attentat. Mon fils m’a dit de mettre mon portable en silencieux. Ma fille voyait les gens pleurer, elle s’est mise à pleurer aussi. Au bout de quelques minutes, on nous a fait sortir par l’arrière. C’était plein de policiers partout », poursuit-elle.

« Personne ne nous a expliqué ce qui se passait. Les employés ne savaient pas non plus, ils étaient angoissés pour leurs collègues. On ne savait pas ce qui s’était passé », conclut-elle.