Paris: Le personnel d'une bibliothèque harcelé après avoir invité des drag-queens à lire des contes non-genrés

SOCIETE La bibliothèque Louise-Michel (20e arrondissement) a organisé samedi un atelier de lecture de contes non-genrés par des drag-queens. Depuis, le personnel subit une vague de harcèlement 

Romain Lescurieux

— 

Une bibliothèque (illustration).
Une bibliothèque (illustration). — Pixabay / Marisa_Sias
  • A l’occasion de la Queer Week, la bibliothèque a organisé samedi un atelier de lecture de conte non-genrés.
  • L’établissement a reçu plus de 400 messages de haine.

« Nous faisons face à une campagne de harcèlement de grande ampleur », déplore ce mercredi la direction de la bibliothèque municipale Louise-Michel du 20e arrondissement.

A l’occasion de la Queer Week qui se tient du 15 au 23 mars 2019 - semaine de réflexion sur les genres, les corps et les sexualités - la bibliothèque a organisé samedi un atelier de lecture de contes non-genrés animé par des drag-queens. Comme l’an dernier, cet événement a réuni le temps d’un après-midi, des enfants de 7 à 10 ans et leurs parents, autour « de lectures d’histoires d’aventures, d’amour et de fantaisie », note le personnel. A l’instar du livre « un tigre en tutu » de Fabiana Santiago.

« C’était fait pour un public familial du quartier et venait qui voulait. Il s’agissait d’interroger les stéréotypes autour du fait que les petites filles seraient forcément des princesses et les petits garçons des chevaliers. La démarche, c’est simplement d’interroger le rôle des filles et des garçons », explique à 20 Minutes la direction de l’établissement qui subit depuis une vague de harcèlement, sans précédent.

« 400 messages de haine bloqués »

« Après des partages sur FdeSouches, Bvoltaire, Egalité et Réconciliation et, surtout, le 18-25, j'en suis à quelque chose comme 400 messages de haine bloqués sur le compte Twitter de @biblouisemichel », indique un des membres du personnel sur le réseau social. Le compte de la bibliothèque est d’ailleurs passé en privé face à ces nombreux messages de haine et d’insultes.

« La lecture, tout sauf innocente, de Boucle d’Or et Les 3 Ours revue et corrigée pour être à la mode de drag-queens mal dans leur peau, mon Dieu… Non seulement ces salopes instrumentalisent des enfants très jeunes pour les faire entrer dans leurs obsessions malsaines d’adultes. Mais, en sus, ces salopes touchent à un conte fabuleux qui a aidé plusieurs générations à se construire, à se repérer », lit-on notamment sur le site d’extrême droite, Résistance républicaine. 

Nouvel événement menacé

« La situation a été relayée à nos tutelles. La mairie a été informée de la situation. Je suis en l’attente d’instruction par rapport à ce qui va suivre », reprend la direction. Un événement similaire doit en effet se tenir ce mercredi après-midi, une « Queer for Kids ». Il s’agit d’un « temps de lecture d’albums et d’ateliers créatifs sur les thématiques de libertés, de respect des autres et d’amour », comme l’expliquait le personnel l’an dernier à la même époque sur son site Internet.

« La Queer for Kids permet une approche safe et tendre des questions autour des genres, des corps et de l’altérité », rappelle la direction. Un « Bingo de la diversité » où les 10-14 ans sont invités à lire, découvrir et partager des ouvrages et œuvres introduisant l’altérité à un public jeunesse en présence de drag-queen doit aussi être organisé. Enfin une lecture de contes similaire à celle de samedi est censée avoir lieu. « J’attends les instructions », reprend la direction.

L'événement se déroulera finalement comme prévu, annonce à 20 Minutes, la mairie de Paris qui condamne « ces injures homophobes violentes ». « Nous sommes à leurs côtés et nous les soutenons dans leur politique de diversité et d'inclusion », indique-t-on à la ville.