«Gilets jaunes» à Paris: Valérie Pécresse appelle le gouvernement «à prendre ses responsabilités»

SECURITE Samedi, de nombreuses violences ont été commises durant une manifestation de « gilets jaunes »

R.L.

— 

Valérie Pécresse le 30 juin 2018.
Valérie Pécresse le 30 juin 2018. — VALERY HACHE / AFP

« Aujourd’hui, j’interpelle le gouvernement au nom des Franciliens révoltés et épuisés par ces longues successions de samedis de casse, de pillage et de saccage, avec un pic atteint ce samedi », a déclaré la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, lors d’une conférence de presse sur l’attractivité de l’Ile-de-France en 2018. Ce week-end, l’acte 18 de la mobilisation des « gilets jaunes » à Paris a été marquée par une nouvelle flambée de violences.

« Les casseurs ne peuvent pas faire la loi »

Près de 100 commerces ont été touchés notamment sur les Champs-Elysées « où la très grande majorité des commerces » ont été atteints, a affirmé lachambre de commerce et d'industrie (CCI) d'Ile-de-France lundi, évoquant « un bilan très lourd ». « Il faut que tout cela cesse », a insisté Valérie Pécresse qui appelle le gouvernement « à prendre ses responsabilités ».

« Les casseurs ne peuvent pas faire la loi en France, le gouvernement doit maintenant changer complètement sa doctrine d’intervention des forces de l’ordre et il n’est plus question que les Champs-Elysées soient le théâtre de violence ». Ce mardi, la région va voter en faveur du déblocage de 1,5 million d’euros d’aide d’urgence aux commerçants qui ont été vandalisés.

« Les violences ont pour l’instant un impact contenu sur l’attractivité de l’Ile-de-France. Notre image reste bonne auprès des investisseurs. Mais nous avons déjà des chiffres de réservation en baisse sur nos compagnies aériennes », a déploré la présidente de la région. Dimanche, le gouvernement a admis des « dysfonctionnements » dans le dispositif de sécurité mis en place samedi à Paris et promet de nouvelles mesures sécuritaires dès lundi.